Version classiqueVersion mobile

Poésie brève et temporalité

 | 
Makiko Andro-Ueda
, 
Toshio Takemoto
, 
Jessica Wilker

Haïku et poésie occidentale – Le temps du voyage

Haïku et temporalité dans Les Cygnes sauvages de Kenneth White

Muriel Détrie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Kenneth White a publié plusieurs récits, appelés « way-books » ou « cheminements », qui lui ont été inspirés par des voyages ou séjours itinérants dans diverses régions du monde, et qui ont tous pour caractéristique formelle de mêler la poésie à la prose. Dans les premiers, Les Limbes incandescents (1976) et Lettres de Gourgounel (1979), qui se situent tous deux en France, on a affaire essentiellement à des récits en prose dans lesquels sont cités des poèmes en vers, de longueur variable, pour la plupart empruntés à la littérature asiatique. Mais dans les deux récits suivants, Le Visage du Vent d’Est (1980) qui nous fait voyager en Asie du Sud-Est, et La Route bleue (1983) qui nous transporte au Labrador, la proportion des poèmes augmente et les compositions de l’auteur viennent se mêler en nombre croissant aux poèmes cités. Enfin, dans Les Cygnes sauvages (1990) qui nous conduit au Japon sur les traces de Bashô, les poèmes, qui sont presque tous désormais des haïkus, sont aussi pou...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search