Version classiqueVersion mobile

Poésie brève et temporalité

 | 
Makiko Andro-Ueda
, 
Toshio Takemoto
, 
Jessica Wilker

Avant-propos

Jessica Wilker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est maintenant
L’éternité1.

Le haïku est la source d’inspiration la plus importante de la forme condensée du « poème-instant » dans la poésie occidentale contemporaine. Après un premier âge d’or de la réception du haïku en Europe dans les années 1920, puis une deuxième période faste dans les années 1950-19702 suite, notamment, aux publications de Bonnefoy, Jaccottet et Dupin, on assiste, depuis 1990, à une vague de nouvelles parutions – anthologies, traductions, ouvrages critiques et actes de colloques3 – consacrées aux rapports entre la poésie brève orientale et les grands poètes occidentaux qui s’inscrivent dans cette tradition.

Cette prédilection pour la forme condensée s’inscrit, bien sûr, dans le rejet du poème long amorcé au 19siècle par Edgar Poe (et le précepte selon lequel l’expression « un long poème est une contradiction dans les termes »), puis repris par Baudelaire et Mallarmé rêvant d’un point de fuite où condensation et évaporation des mots coïncideraient, du « poème...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search