Version classiqueVersion mobile

Willy Brandt et Georges Pompidou

 | 
Claudia Hiepel

Chapitre 7 : « Sauve-qui-peut » – L’érosion de la solidarité politique européenne et la fin de l’ère Brandt - Pompidou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nouvelle présidence de la Communauté, qui selon le principe de rotation passe aux mains de la République fédérale d’Allemagne au 1er janvier 1974, débute sous de bien mauvais auspices. En même temps, le gouvernement allemand se voit soumis à une pression extrême d’obtenir des succès. Dans le prolongement direct du sommet de Copenhague, il est censé soumettre des propositions pour accélérer les préparatifs de l’Union européenne, esquisser les grandes lignes d’une procédure contre la crise initiée par Pompidou et organiser la prochaine conférence présidentielle prévue à Bonn pour mai ou juin 1974. En sus de la gestion des politiques communes, qui, au regard des difficultés couplées de la mise en place de l’UEM, du choc pétrolier et des différends sur le Fonds régional européen est suffisamment épineuse en soi, le gouvernement allemand doit jouer le rôle clé d’aiguilleur du futur européen1. « L’Europe à la croisée des chemins » – c’est ainsi que Hans Apel, secrétaire d’État parlemen...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search