Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le métier d’écrivain pour moi consiste à regarder en soi, autour de soi et à comprendre. Ce qui me guide, c’est le désir de comprendre, et comprendre comprend le fait de regarder1 », note Camille Laurens. La romancière, lorsqu’elle regarde dans son kaléidoscope en le tournant doucement, elle ne se contente pas de s’émerveiller des jolies images qu’elle fait apparaître et disparaître. Requise par tout ce qui est laid ou maléfique, elle cherche à en expliquer l’origine. Si l’écriture pour elle est un jeu, dont elle s’enjoue, elle prend aussi plaisir à manipuler son jouet, le kaléidoscope, comme l’avait fait littéralement André Gide dans l’enfance, puisqu’il a écrit dans Si le grain ne meurt :

Puis le désir me vint de remplacer les petits morceaux de verre par les objets les plus bizarres : un bec de plume, une aile de mouche, un bout d’allumette, un brin d’herbe. C’était opaque, plus féerique du tout, mais, à cause des reflets dans les miroirs, d’un certain intérêt géométrique… Bref,...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search