Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie V. Le pouvoir des mots

3. La langue maternelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le texte réflexif « Habiter la langue », paru dans la Revue des deux mondes en 2001, Camille Laurens étudie son rapport à la langue écrite, qui, selon elle, a significativement changé après la mort de son fils à la naissance. Quelque chose dans le rapport qu’elle avait à la langue aurait été bouleversé pour toujours à ce moment-là, écrit-elle : « Non que ma voix ait changé, ni ce qu’on appelle couramment mon style, mais la façon dont j’habitais la langue, plutôt, dont elle m’habitait aussi (ou non) – bref notre lien réciproque, notre alliance1. » Jusqu’à la mort de Philippe, la langue lui serait apparue comme une matière rebelle, qu’on pouvait certes « forcer par la ruse et l’intelligence à prendre la forme voulue », mais seulement après de vrais efforts. L’écriture aurait été une chasse impossible du « mot juste, toujours fuyant, toujours distant, lointain, hautain comme une langue étrange, étrangère2 ».

Ce n’est pas seulement le rapport de Camille Laurens à la langue, qui nous...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search