Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie V. Le pouvoir des mots

2. Les mots comme des flèches

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lettre et le coup de téléphone apparaissent dès Index pour mettre l’accent sur le lien fort entre Alexandre Blache, l’ancien amant de Claire Desprez, et la mère d’Alexandre. Adulte, Alexandre vit toujours avec sa mère dans un petit trois-pièces parisien, apprend-on. Le nom de la rue où se trouve leur appartement, à savoir « rue Chapon », est éloquent. Alexandre est, en effet, un « jeune coq châtré, engraissé spécialement pour la consommation1 » : châtré métaphoriquement par sa mère, qui refuse de lâcher son fils unique en plus de son mari, qui l’a abandonnée ; il n’est pas « resté totalement stérile » (I, 62) pourtant, selon la voix narratrice ironique, puisqu’il est l’auteur d’une grosse thèse de doctorat et de plusieurs articles universitaires. Rétrospectivement, Claire ne sait plus comment Alexandre a jamais pu lui plaire, un homme qui « s’empiffrait » toujours de gâteaux, et qui « était d’ailleurs un peu gras », probablement parce que, comme le suggère le texte : « Sa mère l’...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search