Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie V. Le pouvoir des mots

1. La parole partagée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La caractéristique essentielle du lien ou de l’attachement affectif est que deux individus ont tendance à demeurer à proximité l’un de l’autre. S’ils sont, pour quelque raison que ce soit, séparés, chacun va finir par chercher l’autre, cherchant donc à rétablir la proximité1. Cette définition de John Bowlby se fait l’écho de légende des androgynes par laquelle Platon explique le sentiment amoureux dans Le Banquet. C’est probablement pour traduire l’intensité des émotions qui interviennent lors de la création, du maintien, de la perturbation et du renouveau des liens d’attachement que Bowlby, en analysant le comportement d’attachement de l’individu, se réfère au sentiment amoureux pour décrire tout lien affectif, et notamment le lien sécurisant entre le jeune enfant et sa mère (ou une figure de mère) : « La création d’un lien se décrit comme tomber amoureux, son maintien comme aimer quelqu’un et la perte du partenaire comme pleurer l’autre2. »

Créer ou renouveler un lien affectif a à ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search