Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie IV. Le désir de connaître

4. La part morte de soi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Il fait tout noir au fond des abîmes. Mais je ne veux pas fermer les yeux. J’écris pour voir. Car la leçon des ténèbres, c’est la lumière. » (Ph, 74), écrit Camille Laurens dans Philippe. Selon elle, seul l’effort impliqué dans l’exercice de l’écriture lui a permis de survivre après la disparition de son bébé. En effet, Philippe est aussi une réflexion sur la médecine. La reprise exacte (et peut-être mécanique) de ce qui est arrivé le jour de l’accouchement, y compris la lecture du dossier médical et celle, heure par heure, du partogramme, sont le seul moyen pour l’auteure d’affronter la perte bouleversante de son fils mort dans le récit autobiographique1. Cependant, si le besoin de connaître la vérité joue un rôle absolument essentiel dans la rédaction de Philippe, le désir de comprendre est le moteur de l’écriture chez Camille Laurens en règle générale. Dans ses ouvrages de fiction, ce désir se traduit structurellement et thématiquement par la mise en scène d’une enquête policiè...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search