Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie IV. Le désir de connaître

2. L’a-mour

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La référence à « Ce fut comme une apparition. » marque à la fois l’amour naissant et son contraire, le désamour. Ainsi, dans L’Amour, roman, la citation modifiée du roman de Flaubert : « Ce fut comme une disparition. » (AR, 60) résume l’histoire de désamour de Sophie, l’arrière-grand-mère de la narratrice Camille. Selon le texte, le mari de Sophie fuguait au sens strict du terme : il disparaissait de la maison pendant plusieurs jours, puis revenait, sans fournir aucune explication de ses absences à son épouse.

Or, « Ce fut comme une disparition. » ne se réfère pas seulement à la disparition matérielle de Pierre, c’est-à-dire à ses fugues mystérieuses répétées. Bien plutôt, cette phrase sous-tend toute la vie adulte de Sophie, empreinte non seulement de l’infidélité humiliante de son mari, mais surtout du manque d’amour qui caractérise leur relation dès leur rencontre initiale. Le sens des italiques de la citation modifiée de Flaubert, dans le roman de Camille Laurens, réside peut-êtr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search