Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie III. La mère comme hantise

4. Le jeu avec les noms propres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le jeu, selon le Trésor de la Langue Française, est une : « Activité divertissante, soumise ou non à des règles, pratiquée par les enfants de manière désintéressée et par les adultes à des fins parfois lucratives1. » C’est ce sens original du mot « jeu » qui nous requiert avant tout. Car Camille Laurens est une grande amatrice de la langue et de la littérature, qui aime jouer avec son savoir linguistique aussi bien qu’avec sa culture littéraire et cinématographique. Une forme de jeu, qui n’est pas indépendant de l’intertextualité et des relations intersémiotiques, concerne son choix des noms propres pour ses personnages de fiction, et la façon dont elle s’en sert.

De manière générale, le nom propre est constitutif de l’identité. « Le nom, c’est l’identité, ça colle à la peau. », dit la romancière lors d’un entretien accordé à Gilbert Moreau. « Oui, je travaille beaucoup là-dessus. Mais c’est confus, ce n’est pas quelque chose que je peux développer de manière rationnelle. Mais je sen...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search