Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie III. La mère comme hantise

3. « Litanie des abandons, mélopée des solitudes »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’abandon est de toute évidence l’un des motifs centraux d’Adolphe. Ellénore abandonne ses enfants pour vivre avec Adolphe, son père l’a abandonnée et elle l’abandonne à son tour, elle abandonne le comte de P***, Adolphe abandonne Ellénore. Ce qui intéresse particulièrement Camille Laurens, c’est le rapport entre la trahison du sujet dans l’enfance et son comportement lorsqu’il tente de s’installer dans une relation d’amour durable à l’âge adulte. La disparition réelle ou fantasmée du parent, notamment celle de la mère, suscite chez l’enfant des sentiments d’agressivité et de culpabilité, qui sont réactivés de manière inconsciente dans ses relations affectives ultérieures. En effet, le sujet serait contraint de répéter infiniment l’échec de la relation avec sa mère.

Dans l’œuvre de Camille Laurens, la frustration liée à l’échec amoureux de l’adulte ramène toujours à la mémoire de la narratrice le souvenir d’autres abandons douloureux, qui apparaissent comme des flash-back isolés dans...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search