Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie III. La mère comme hantise

2. Bricoler avec Benjamin Constant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Benjamin Constant est fortement présent dans plusieurs ouvrages de Camille Laurens à travers de nombreuses références à son œuvre et à sa vie. Le roman Adolphe et son personnage principal homonyme revêtent une place tout à fait particulière. Adolphe lui a sauvé la vie, affirme la narratrice de Ni toi ni moi ; il aurait donné un sens à ce qui n’en avait plus au moment de la rupture avec Arnaud (cf. N, 274). Selon la terminologie de Genette dans Palimpsestes, le roman Ni toi ni moi est l’hypotexte d’Adolphe, ce dernier roman étant par conséquent l’hypertexte déclaré du roman de Camille Laurens1. C’est-à-dire qu’en termes d’intertextualité, Ni toi ni moi constitue une transposition d’Adolphe.

« On peut dire que ce roman est un marivaudage tragique où la difficulté n’est point, comme chez Marivaux, de faire une déclaration d’amour mais une déclaration de haine. Dès qu’on y parvient, l’histoire est terminée2. », notait Stendhal à la parution d’Adolphe en 1816. S’inscrivant dans la grande ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search