Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie III. La mère comme hantise

1. Hantise textuelle : « La reine des neiges » et le mythe des androgynes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une étude portant sur le complexe d’Œdipe, Michèle Perron-Borelli et Roger Perron soulignent que Freud, au tout début de la psychanalyse, soupçonnait à juste titre qu’« un traumatisme peut en cacher un autre1 ». La tendance de Freud à remonter le cours de l’histoire l’amenait à rechercher les plus anciens traumatismes dans l’enfance. Chez Camille Laurens, en effet, le traumatisme lié à la mort de son fils nouveau-né à la fois cache et révèle (au premier sens de ce terme : « dévoiler : faire connaître à quelqu’un quelque chose qui était ignoré, inconnu, caché ou secret », mais aussi au sens photographique : « faire apparaître une image2 ») ce trauma qui est lié à ce que nous appelons la « mère morte » en référence aux travaux d’André Green : la « mère morte » se constitue dans la psyché de l’enfant à la suite d’une dépression de la mère, transformant brutalement la mère vivante en figure quasiment inanimée.

La romancière note dans l’entrée « Maman » de Tissé par mille, paru en 20...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search