Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie II. L’enfant fantomatique

4. L’enfant éternel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

On lit dans Philippe : « Depuis le 7 février à 15h20, il ne bouge plus. Le petit oiseau est sorti, il a pris la pose éternelle. » (Ph, 22) L’enfant qui meurt est éternel car il ne grandira pas ; jamais il ne sera autre chose que cela : un enfant. Selon Philippe Forest dans son premier roman, intitulé L’Enfant éternel : « L’enfant mort est l’antithèse romantique par excellence, le point de grâce où par anticipation se rejoignent et s’unissent toutes les contradictions : la vie et la mort, la beauté et la laideur, l’inachevé et le définitif1. » L’enfance est synonyme de vie et de potentialité de vie, de désirs et de joies, d’insouciance et d’insolence.

En effet, l’enfant éternel est aussi le contraire de l’enfant mort : l’expression « enfant éternel » désigne une personne adulte qui a gardé les caractéristiques de l’enfant. Ainsi lit-on à propos de Luc dans Romance nerveuse : « L’enfance était son art : quand il l’exerçait, tout était neuf, étonnant, nouveau. Aimer, se promener, jouer,...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search