Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie II. L’enfant fantomatique

2. Jumeaux dans la mort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cependant, la présence textuelle de Philippe appelle également à une autre explication, précisément parce que son fantôme « flotte » sur l’œuvre de Camille Laurens. Nous empruntons le terme « flotter1 » à Pierre Bayard, qui l’emploie dans un texte portant sur l’inscription de la Shoah dans l’œuvre romanesque de Romain Gary, et notamment sur son inscription indirecte dans Les Racines du ciel (1956)2. L’article de Bayard, intitulé « Les éléphants sont-ils allégoriques ? À propos des Racines du ciel de Romain Gary », nous paraît pertinent pour étudier ce que nous avons appelé « l’enfant fantomatique » dans l’œuvre de Camille Laurens.

Pierre Bayard montre à partir du roman Les Racines du ciel que le champ des œuvres concernées de manière indirecte par la Shoah est aussi important que celui des œuvres prenant pour thème central ce crime contre l’humanité. Le roman de Romain Gary, qui se passe dans l’Afrique Équatoriale Française des années cinquante, relate le combat mené par Morel pour d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search