Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie II. L’enfant fantomatique

1. Le retour de l’enfant mort

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le livre Philippe paraît en 1995. Dès lors, l’œuvre de Camille Laurens est hanté par le fantôme de son fils, mort quelques minutes après sa naissance en février 1994, qui donne son nom au récit. En 2000, la narratrice de Dans ces bras-là, le roman qui constitue, selon la romancière, « la suite absolument logique de Philippe1 », note : « Elle a eu un fils. Il est mort. Lorsqu’on lui demande si elle a des enfants, elle fait la même réponse que sa mère, elle dit : ‘J’ai deux filles.’ Au début, elle précisait, elle nommait ce fils. Elle ne le fait plus, les gens comprenaient mal. Elle a arrêté, elle n’en parle plus. » On lit quelques lignes plus loin : « C’est l’enfant là-pas là, il va et vient comme la bobine qui roule et puis revient. » (DB, 219) La narratrice de Dans ces bras-là a beau affirmer qu’elle ne parle plus de son fils mort ; les textes, fictionnels ou non, de l’écrivaine reviennent avec insistance sur lui.

Lorsqu’on demande à Camille Laurens pourquoi elle a publié Philippe, ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search