Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie I. Le cri

4. Le muet et la langue gelée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ni toi ni moi raconte une histoire d’amour qui se termine dès qu’elle a commencé. Au miroir de cette structure, le roman décrit et juxtapose les deux plans fixes du film projeté, c’est-à-dire la rencontre et la rupture des amants, prénommés Hélène et Arnaud. Dès la « Note de l’auteur », sur laquelle s’ouvre le roman de Camille Laurens, le lecteur est averti que le texte est un « chantier mental » qui approche le réel « en suivant sans les canaliser les flux dont nous sommes traversés » (N, 12). La narratrice Camille et son correspondant discutent par courrier électronique de l’adaptation au cinéma du récit L’Homme de ma mort. Camille comprend que ce projet implique pour tous deux un retour dans leur passé. En se référant au château de Nosferatu, elle demande : « Ai-je envie de retourner avec vous dans mon château hanté, de vous en faire la visite guidée, oubliettes comprises ? Et puis, est-ce que j’ai envie d’aller dans le vôtre ? Faut-il laisser revenir les revenants ? C’est l’autr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search