Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie I. Le cri

3. Le passage du pont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le roman Ni toi ni moi occupe une place majeure dans l’univers romanesque de Camille Laurens. Ce roman prend la forme d’une correspondance par courrier électronique entre la romancière Camille et un réalisateur français vivant au Canada. Les courriels de Camille, qui constituent la plus grande partie du texte, font alterner des réflexions sur la réalisation du film, des propositions de scènes cinématographiques dialoguées et des fragments réflexifs, qui portent le plus souvent sur l’impossibilité de l’amour vrai et durable. Le cinéaste canadien souhaite adapter à l’écran le récit de Camille, intitulé L’Homme de ma mort, l’histoire d’un homme qui tombe amoureux d’une femme, puis, presque aussitôt et sans motif apparent, se déprend d’elle et manifeste indifférence et haine.

Camille Laurens n’est pas la seule à présenter son roman comme la préparation d’un film ou le résultat d’un scénario plus ou moins abouti. À titre d’exemple, Jérôme Beaujour, dans Dans le décor (2005)1, et Christoph...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search