Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie I. Le cri

2. « Je suis protestante »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour évoquer l’organisation de sa famille, lors d’un entretien, la romancière parle de souffrance, mais aussi de fierté : « Ma sœur et moi, on avait le sentiment que nous étions différentes des autres. Un sentiment dont je tirais orgueil aussi. C’est également tout le jeu sur le mot protestant. À l’école, c’était une joie de ne pas être comme les autres et d’affirmer son identité1 ». Tel un phénomène transitionnel pour l’enfant (quelque chose, souvent un objet matériel, qui est et n’est pas le sein maternel, qui rassure l’enfant et lui permet d’explorer le monde extérieur à son propre être2), revient chez Camille Laurens, dans la bouche de ses personnages principaux féminins, l’affirmation qu’elles sont protestantes. Ainsi, l’héroïne de Romance, nommée Lise, déclarait partout quand elle était petite, qu’elle était protestante, fière d’être la première de sa classe, après avoir été jadis persécutée à cause de la religion. Selon le roman, elle « aimait ce mot », c’est-à-dire le mot « ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search