Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Partie I. Le cri

1. Être dans le cri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le cri de l’homme, « expression phonique d’une sensation, d’un état physique ou moral ressenti en profondeur très intensément1 », est associé non seulement à l’émotion forte (la jouissance ou la douleur aiguë), mais aussi à l’état primitif de l’homme, à l’état pathologique de la psyché, à l’animalité ainsi qu’à la petite enfance. Le cri survient comme une expression instinctive et spontanée, souvent passionnée, qui est difficile, voire impossible à étouffer. Or, il convient, dans notre société civilisée, de contrôler nos émotions ; nous enseignons à nos enfants, dès le plus jeune âge, de ne pas y laisser libre cours. Ainsi est prônée la discrétion polie, proche parfois de l’interdiction de l’autre ou de l’effacement de soi.

Dans l’œuvre de Camille Laurens, le cri joue un rôle de prime abord, au sens strict du terme aussi bien qu’au figuré. Dans Tissé par mille, l’écrivaine se réfère au tableau Le cri (1893) du peintre expressionniste Edvard Munch afin d’étudier la nature du cri et de...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search