Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre de Camille Laurens, dès son début avec Index (1991), est hantée par la figure de mère, et notamment par le spectre de la « mère morte ». Nous poserons d’emblée que le spectre aussi fascinant que menaçant de la « mère morte » réfère non seulement à l’angoisse enfantine d’être abandonné par sa mère, mais également à celle de l’adulte d’être déçu encore en se liant d’amour à quelqu’un d’autre. Cette hantise laisse ses traces dans l’écriture romanesque de Camille Laurens, qu’on pourrait décrire comme un kaléidoscope : à chaque secousse, les mêmes thématiques, images et intertextes obsessionnels forment une nouvelle image. Un autre fantôme, qui ne cesse de revenir dans cette œuvre, est celui de Philippe, l’enfant de l’auteure décédé à la naissance. Notre propos est d’étudier les rapports entre le retour insistant de l’enfant mort et le rôle essentiel de la mère à la fois vivifiante et mortifère, qui se disent par le biais d’un imaginaire très riche de la spectralité.

Le kaléidosco...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search