Version classiqueVersion mobile

Camille Laurens, le kaléidoscope d’une écriture hantée

 | 
Jutta Fortin

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’origine du projet d’interroger les rapports entre la présence textuelle d’enfants morts, inertes ou silencieux et le rôle de la mère à la fois vivifiante et mortifère était le retour insistant de Philippe, le fils de Camille Laurens décédé à la naissance, dans ses textes narratifs et réflexifs. L’apport d’André Green me sembla essentiel pour étudier le rôle romanesque de la psychanalyse dans cette œuvre, et notamment la façon dont l’écrivaine s’empare du concept de la « mère morte ».

Une année s’est écoulée depuis la fin de la rédaction du présent essai. Ainsi ne traite-t-il pas du roman le plus récent de Camille Laurens, Celle que vous croyez, paru en janvier 2016. Il s’agit d’un roman gigogne où se succèdent les narrations, prises en charge par différentes voix narratrices, de l’histoire de Claire Millecam. Celle-ci, après avoir créé un faux profil sur Facebook afin de contrôler son amant, noue relation avec un homme plus jeune qu’elle. Ayant peur de révéler à cet amant virtuel...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search