Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Partie III. Poétique de l’engagement littéraire contemporain

Préliminaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment dire ?
Comment dire lorsqu’on est incapable de pleurer ? Incapable de verser la moindre larme et encore moins de hurler ? Comment dire lorsqu’on se sait infirme, inapte, propre-à-rien ? Qu’on ne maîtrise aucune langue, aucun mode connu d’expression ? Comment dire lorsqu’on ne sait ni écrire, ni dessiner, ni gratter un quelconque instrument ? Ni même danser, comme ça, en tapant des pieds, ou bien chanter ou siffler avec quelque justesse ? Comment dire ?1

« Comment dire », la question lancinante du narrateur des Actifs corporels sera examinée de près dans cette section consacrée à la poétique de l’engagement littéraire contemporain. Jacques Dubois le rappelle : le roman n’est pas une simple duplication du monde, il est la représentation d’une réalité entraînant des réfractions diverses. C’est ce « duplicata métonymique de l’univers »2 opéré par le texte littéraire qui retiendra notre attention dès à présent.

Dans une pluralité de disciplines, on relève une difficulté intrinsèque ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search