Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Partie I. Prémisses de l’engagement littéraire contemporain

Chapitre 4. Lorsque les romans contemporains s’emparent de l’économie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

4.1. L’essor d’un thème

La récupération d’un lexique économique chez Pierre Mari ou la convocation de principes financiers dans l’intrigue romanesque de François Bon invitent à se demander plus précisément comment les écrivains inscrivent le paramètre économique au sein de leurs œuvres. Quatre textes, un par décennie, nous permettront de suivre les avatars d’un thème de 1970 à aujourd’hui. S’ils ne peuvent certes pas prétendre être emblématiques de leur décennie, ils représentent un monde professionnel envahi par un libéralisme grandissant aux conséquences dramatiques pour la collectivité et l’individu.

Robert Linhart, L’Établi (1979)

Dans le sillage du mouvement des « établis », Robert Linhart, un jeune sociologue, a travaillé durant onze mois à l’usine Citroën-Choisy et rend compte de son expérience dans un récit publié 10 ans plus tard. Dès les premières pages, le lecteur est plongé dans l’ambiance caractéristique de l’atelier :

C’est comme un long glissement glauque, et il s’en déga...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search