Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Partie I. Prémisses de l’engagement littéraire contemporain

Chapitre 3. La postmodernité, un regard sociologique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1980. La génération des François Bon, Leslie Kaplan, Robert Linhart entre en littérature, les formes du romanesque évoluent et les historiens déplorent une crise de l’implication sociale des intellectuels1 :

Il n’y aurait plus de nouvelles terres promises parce qu’on n’y croirait plus, mais, justement, pourquoi n’y croit-on plus ? Il faut sans doute tenir compte de la privatisation accélérée, quoi qu’on en dise, de la vie quotidienne en Occident, qui engendre des comportements plus volontiers hédonistes qu’ascétiques, le tout relayé par une logique propre au scepticisme d’anciens dogmatiques désabusés, types désormais largement répandus. Cette logique s’articule autour de deux mouvements, largement compensatoires. L’un tend à substituer un système de références fondé sur le concret technique, à celui, tout abstrait, qui régnait précédemment […] ; l’autre pourrait être rapporté à un comportement d’échaudement : se jugeant mystifié par un ou plusieurs engagements antérieurs, l’intellec...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search