Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Partie I. Prémisses de l’engagement littéraire contemporain

Chapitre 2. La littérature, lectrice du réel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, après-guerre, la politique portait les espoirs d’une société meurtrie, à l’aube du XXIe siècle, elle semble être une illusion perdue. Cette perte de foi, l’historien des idées François Cusset la replace dans une méfiance plus générale qui affecte autant l’intelligentsia que les syndicats. À la fin des années 1970, malgré la vitalité du combat syndical ou spontané en usine, la lutte ouvrière et la « nébuleuse gauchiste »1 se sont progressivement éloignées l’une de l’autre. Dans la décennie suivante, cette redistribution des alliances annihile la résistance et engendre une posture de l’assentiment, du consensus. La politique n’est pourtant pas moribonde au sortir des années 1980, mais elle s’affirme dans certaines sphères propices à la renaissance d’un militantisme aux causes très délimitées2. Des manifestations politiques parcellisées et spécialisées : voilà des attitudes que Cusset interprète comme une conséquence des rapports pacifiés entre extrême-droite et extrême-gauche. On ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search