Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Partie I. Prémisses de l’engagement littéraire contemporain

Chapitre 1. Que reste-t-il de l’engagement sartrien ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1.1. Sartre et la littérature engagée

Lorsqu’on évoque la « littérature engagée » aujourd’hui, Jean-Paul Sartre reste une référence obligée : les journalistes, les critiques posent presque inévitablement la question de l’engagement aux écrivains contemporains dits socialement impliqués. Ces derniers sont-ils les héritiers de Sartre ? Ou des « sartriens postmodernes » ?

Dans L’Être et le néant1, les conditions de l’engagement sont fondées philosophiquement. Sur le plan littéraire, elles sont problématisées dans un essai, Qu’est-ce que la littérature ?2, ainsi que dans la fiction théâtrale3 ou romanesque4 : l’engagement est transposé dans une œuvre programmatique, ainsi qu’expérimenté dans le geste d’écriture lui-même. Philosophe, écrivain, mais aussi militant : Sartre s’est mobilisé lors de la grève chez Renault-Billancourt ou de la crise des réfugiés vietnamiens. L’omniprésence du penseur existentialiste dans le paysage d’après-guerre s’expliquerait, au-delà de la multiplicité des rôl...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search