Version classiqueVersion mobile

L’engagement littéraire à l’ère néolibérale

 | 
Sonya Florey

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La littérature peut-elle s’engager pour un monde où le néolibéralisme a, on ne peut en douter, triomphé des idéologies rivales ? Où la postmodernité a dilué les anciens repères collectifs ? Où la technologie a modifié notre relation au réel ? Aujourd’hui, la notion d’engagement littéraire est, dit-on, désuète, ringarde, naïve, ou tout simplement morte. Le texte ne saurait plus être le lieu de la lutte, de l’opposition, du contre-pouvoir – pâles idéaux, vains espoirs d’après-guerre. L’exclamation de Jean-Paul Sartre, posté à la sortie de l’usine Renault Billancourt, semble très lointaine : « Je veux témoigner dans la rue, parce que je suis un intellectuel ! »1. C’était en 1970. Une tout autre époque, un autre monde. L’engagement littéraire sartrien, peu dissociable de son verso politique, réveille une méfiance sourde et pourtant injustifiée : celle du pesant roman à thèse, genre condamné par l’intelligentsia, celle d’un art qui s’efface derrière un message à délivrer. Pour d’autres, ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search