Version classiqueVersion mobile

Beauvoir intime et politique

 | 
Annabelle Martin Golay

Chapitre III. L’intime et le non-dit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nul ne peut écrire la vie d’un homme que lui-même. Sa manière d’être intérieure, sa véritable vie n’est connue que de lui ; mais en l’écrivant il la déguise ; sous le nom de sa vie, il fait son apologie ; il se montre comme il veut être vu, mais point du tout comme il est. Les plus sincères sont vrais tout au plus dans ce qu’ils disent, mais ils mentent par leurs réticences, et ce qu’ils taisent change tellement ce qu’ils feignent d’avouer, qu’en ne disant qu’une partie de la vérité ils ne disent rien.
Rousseau, Préambule du manuscrit de Neuchâtel1

Le geste mémorial différé : le détour par le roman

Rappelons-nous la façon presque désinvolte avec laquelle Beauvoir, pour combler le silence laissé par l’interruption du récit de soi dans La Force de l’âge, renvoyait le lecteur des Mémoires à son roman Le Sang des autres (écrit de 1941 à 1943) et à l’expérience du personnage d’Hélène (« J’ai à peu près raconté dans Le Sang des autres2 »). Comme si, indifféremment, journal intime, roman et ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search