Version classiqueVersion mobile

Beauvoir intime et politique

 | 
Annabelle Martin Golay

Chapitre I. La fabrique des Mémoires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des Mémoires d’une jeune fille rangée (1958) à l’ultime moment de la Cérémonie des adieux (1981), Simone de Beauvoir s’est choisie mémorialiste. De l’entrée dans l’âge de la maturité (elle a quarante-huit ans en 1956, quand elle commence à écrire le récit de son enfance et de sa jeunesse1), et pendant près de trente ans, elle a eu foi dans la possibilité de dire sa vie, de « se raconter », dans un geste d’écriture mémorial qui, au fil des volumes, s’est modifié, développé, affirmé. Pourtant, il faut remarquer que bien avant d’aborder la sorte de roman d’apprentissage que constituent les Mémoires d’une jeune fille rangée (volume dont le titre est une antiphrase), et longtemps après encore, Beauvoir a tenu des journaux intimes, des cahiers ou des carnets, dont on perçoit les traces sensibles ou ostensibles dans ses Mémoires2. De cette somme d’écrits intimes, dont on pouvait deviner l’ampleur3, Beauvoir n’avait elle-même rien voulu publier tel quel de son vivant, à l’exception de trois...

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search