Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archives de la mise en scène

 | 
Pascale Alexandre-Bergues
, 
Martin Laliberté

Dispositifs

Dramaturgie de la lumière dans La Fille d’Artaban, mise en scène d’André Antoine

Véronique Perruchon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Fille d’Artaban est un drame en un acte d’Alfred Mortier. Journaliste et auteur, co-fondateur du Mercure de France, Alfred Mortier écrivit en 1896 ce premier « essai dramatique » qu’il dédia à Jean Dolent1. Même si Mallarmé envoie, tardivement il est vrai, une carte élogieuse à son auteur, le remerciant de lui « avoir fait connaître cette parade tragique superbe » et s’excusant par là même d’avoir été absent à sa représentation, cette pièce n’a laissé aucune trace. Mise en scène par Antoine avec Gémier en rôle-titre, La Fille d’Artaban fut créée le 27 avril 1896 lors d’une unique soirée dont on ne parla guère2, et dont Antoine ne dira rien d’autre que le titre dans ses Souvenirs sur l’Odéon pour la saison 1895-18963. Elle fut présentée, comme c’était l’usage, conjointement à deux autres drames courts : La Nébuleuse de Louis Dumur, dans une mise en scène de Paul Edmond et Dialogue inconnu d’Alfred de Vigny4.

Cette création eut lieu au théâtre situé 14 boulevard de Strasbourg dans l...

Auteur

Université de Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540