Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archives de la mise en scène

 | 
Pascale Alexandre-Bergues
, 
Martin Laliberté

Dispositifs

Le music-hall au centre de la ville mécanisée. Ambiguïtés des machines entre érotisation et technophobie

Stéphane Tralongo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin des années 1900, l’écrivain symboliste Gustave Kahn présentait les célèbres tableaux de danseuses d’Edgar Degas comme le corollaire d’un monde théâtral en plein renouvellement technique : « Ce qui avait rendu possible, cet art qui semble parfois une heureuse capture d’étincellements […], c’est évidemment le progrès de l’éclairage, en même temps que le luxe plus grand de la mise en scène au théâtre1. » Plus clairement encore, Kahn retrouvait dans les affiches de Jules Chéret, réclames colorées attirant le regard sur le titre d’une féerie, d’un ballet ou d’une revue, « le plaisir lumineux des music-halls », à une époque où les effets aveuglants de l’éclairage devenaient « matière d’art2 ». S’ouvrant largement aux productions artificielles de la machinerie, le music-hall et sa figure emblématique, Loïe Fuller, ont particulièrement influencé les réflexions artistiques menées dans les différentes disciplines du spectacle de scène comme en peinture, en poésie ou en cinématographi...

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540