Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les archives de la mise en scène

 | 
Pascale Alexandre-Bergues
, 
Martin Laliberté

Formes

Arsène Lupin à l’Athénée (1908) : un spectacle populaire entre répétitions et innovations

Caroline Renouard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous l’influence anglo-saxonne, les histoires de brigands ont progressivement cédé la place dans la seconde moitié du XIXe siècle aux récits policiers centrés sur le détective et l’enquête1. Pour Paul-Louis Mignon, la pièce policière est une acquisition du théâtre moderne, car le « vieux » mélodrame plaçait l’intrigue autour de la poursuite du criminel et de son châtiment :

[L]e public de Boulevard du Crime était spectateur de méfaits dont il s’agissait d’arrêter le cours ; le genre policier, lui, suppose en général une énigme à résoudre. Son intrigue commence là où celle du mélo finit2.

On retrouve dans la pièce Arsène Lupin de 1908 deux facettes du théâtre policier : il s’agit de résoudre une énigme, mais en parallèle, le public est témoin de méfaits, à la différence près qu’il ne souhaite absolument pas que le cours de celui-ci s’arrête. Les auteurs, Maurice Leblanc et Francis de Croisset, ont proposé une intrigue policière dont le nom du coupable – Arsène Lupin – était connu d’ava...

Auteur

Labex Arts-H2H

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540