Version classiqueVersion mobile

La traduction plurielle

 | 
Michel Ballard

Ambiguïté et traduction

Michel Ballard

Texte intégral

  • 1 The Craft and Context of Translation, Austin, University of Texas Press, 1961.

Nothing is less interesting or valuable than theorizing about principles without example.
W. Arrowsmith and R. Shattuck 1

1Il semblerait, à première vue, que l’ambiguïté soit un problème qui passionne davantage les linguistes, les stylisticiens ou les philosophes que les traductologues.

2Dans le premier camp, la littérature sur la question est relativement abondante : Empson, W., Seven Types of Ambiquity, Harmondsworth, 1965 ; Fuchs, C., (ed.). Aspect de l’ambiguïté et de la paraphrase dans les langues naturelles, Peter Lang, Berne Franckfort S. Main – New-york, 1985. Kooij, J.G., Ambiguity in natural languages, Amsterdam, 1971 ; Landheer, R., Aspects linguistiques et pragmatico-rhétorique de l’ambiguïté, thèse, 1984 ; Le Goffic, P., Ambiguïté et linguistique et activité de langage, thèse, Paris, 1981.

3Les traductologues sont en général plus réservés. Nous examinerons quelques points de vue significatifs.

  • 2 Eugene Nida, Toward a Science of Translating, Leyde, Brill, 1964.
  • 3 Ibid., p. 262.
  • 4 Ibid., p. 101.
  • 5 Gilbert W. King, « Functions required of a translation System », in Proceedings National Symposium (...)

4Les remarques de Nida concernant l’ambiguïté sont disséminées dans Toward a Science of Translating2. Afin d’éviter des redites nous en donnons une présentation ordonnée qui n’est pas celle de l’original, et qui fait déjà intervenir notre propre effort d’organisation. Pour Nida, le problème de l’ambiguïté surgit surtout lorsque l’on extrait une expression de son contexte : « such ambiguity is more theoretical than actual »3. Il part du principe que : « In general we assume that in the case of most messages the source of any utterance had one and only one intention in communicating »4. Cependant il existe des types de textes à vocation ambiguë : oracles, textes littéraires admettant plusieurs lectures, textes mal écrits. Il distingue entre une ambiguïté grammaticale et une ambiguïté lexicale. Dans les deux cas, il estime que le contexte ou la redondance doivent aider à résoudre la majorité des problèmes. Les Evangiles Grecs du Nouveau Testament comportent plus de cinq cents ambiguïtés structurelles dont 90 % peuvent être résolues par le contexte immédiat. Nida souligne l’intérêt des procédures de la grammaire transformationnelle pour analyser, commenter et éclairer les expressions ambiguës. Pour ce qui est du lexique, il convient d’en étudier la distribution et le contexte dans son acception la plus large. Le contexte détermine un champ sémantique et comporte des effets de redondance qui réduisent l’ambiguïté : « because language tends to be 50 per cent redundant in meaning as well as in formal symbolism »5.

  • 6 Nous n’entrerons pas ici dans le débat concernant la machine à traduire. Toutefois, sans estimer qu (...)

5Enfin il souligne que ces problèmes dont la résolution est relativement facile pour l’homme sont pratiquement insurmontables pour la machine6.

  • 7 « I owe much to Nida and the Leipzig School », Peter Newmark, Approaches to Translation, Londres, P (...)
  • 8 Ibid., p. 181.

6Comme Nida, dont il se réclame7, Peter Newmark rattache le problème de l’ambiguïté à celui du sens dont il estime qu’elle est une sorte de contrepartie, proche de l’obscurité. Il affine quelque peu la classification de Nida, puisqu’il considère qu’à côté des traditionnelles ambiguïtés lexicales et grammaticales existent des ambiguïtés référentielles, pragmatiques et culturelles. Pour ce qui est des procédures à adopter, Newmark, comme Nida, estime que dans la majorité des cas le micro – ou le macro-contexte aidera à lever l’ambiguïté, sinon il prône la consultation des encyclopédies ou des oeuvres de l’auteur. Il y a cependant des cas où il vaut mieux laisser l’ambiguïté ou même la préserver parce quelle fait partie de la richesse du texte. Enfin il souligne à ce propos que « the linguistics literature is too full of artificial examples »8.

  • 9 Danica Séleskovitch, « La théorie du sens et la machine à traduire », in Danica Séleskovitch et Mar (...)

7Pour Danica Séleskovitch, l’ambiguïté pose un problème aux machines à traduire, son acuité est moindre dans le cas de l’interprétation de conférence. L’interprète est alors au cœur d’une situation de communication authentique et l’ambiguïté se trouve réduite par plusieurs paramètres : l’émetteur veut être compris et s’efforce de coder sa pensée de façon cohérente et efficace. L’interprète, avec son intelligence humaine et son bagage cognitif, établit les choix et les rapports qui résolvent l’ambiguïté : « Toutes nos recherches nous ont montré que la parole est univoque ; le traductologue ne se heurte quasiment jamais aux ambiguïtés que pourchasse le linguiste et qu’interprète le psychanalyste »9.

  • 10 Jean-Claude Margot, Traduire sans trahir, Lausanne, L’âge d’homme, 1979.
  • 11 Ibid., p. 151.

8Pour Jean-Claude Margot, traducteur de la Bible et formateur de traducteurs, le problème mérite attention. Disciple de Nida, il propose plus qu’une simple synthèse des idées du maître. Traduire sans trahir 10est un exposé didactique original, remarquable par sa clarté, sa documentation scientifique et les nombreux exemples qui le nourrissent. Margot distingue entre les ambiguïtés voulues par l’auteur et celles qui sont involontaires, mais il souligne que « à part les exceptions que nous examinerons plus loin, la plupart du temps le phénomène de l’ambiguïté est à mettre en relation avec le "bruitage” qui trouble la communication »11. Suit une analyse méthodique et abondamment illustrée des problèmes d’ambiguïté qui peuvent se poser au traducteur de la Bible.

  • 12 Jean Maillot, La traduction scientifique et technique, Paris, technique et documentation, 1981.
  • 13 Ibid., p. 44.
  • 14 Cette liste de traductologues n’est nullement limitative, mais elle nous semble suffisamment représ (...)

9On trouvera également dans La traduction scientifique et technique de Jean Maillot12, un traitement des sources d’ambiguïté (polysémie, faux-amis, paronymie, etc.) dans les domaines scientifiques et techniques. Les analyses et les relevés effectués par l’auteur sont précieux parce qu’ils portent sur un domaine (injustement) délaissé ou mal exploré par les traductologues. Comme Newmark, Maillot estime que les ambiguïtés des textes « sont généralement le fait de rédacteurs, journalistes, etc. ayant une connaissance insuffisante du domaine en question »13. Comme les traductologues précédemment évoqués il estime que dans la plupart des cas l’ambiguïté doit être levée par le contexte14

10En tant que traductologue didacticien notre approche est, par la force des choses, légèrement différente. L’enseignant est sans cesse confronté, surtout avec les débutants, à des erreurs d’interprétation. Ces erreurs sont comme des fractures qui signalent qu’un processus d’élaboration du sens ne s’est pas accompli. Les erreurs des étudiants renvoient, comme tous les états pathologiques, à une forme d’épistémologie. Ces dysfonctionnements de la communication nous ont amené à nous interroger sur les mécanismes de l’incompréhension et par là-même de la compréhension. Ce traitement clinique de l’erreur devrait constituer une sorte de linguistique contrastive préventive. Mais là ne s’arrête pas la tâche du didacticien car, une fois mis en évidence les cheminements de l’ambiguïté auxquels mène l’étude de l’erreur, on se rend compte que ces schémas peuvent être appliqués à une étude (plus positive) de réalisations volontaires.

11Parler de l’ambiguïté suppose que l’on définisse cette notion et que l’on établisse le cadre dans lequel elle apparaît.

12Le Robert donne pour l’adjectif « ambigu » la définition suivante : « qui présente deux ou plusieurs sens possibles, dont l’interprétation est incertaine ». Cette définition bifide laisse en fait pressentir une double perception possible du phénomène :

  • l’une positive qui est l’identification par le récepteur d’un message plurivalent attribuable à l’invention de l’émetteur (c’est ce qui se passe par exemple dans le cas des jeux de mots).

  • l’autre négative qui est l’identification d’un message plurivalent ou indéfini dont le récepteur ne sait pas s’il doit attribuer l’intention à l’émetteur ou à une formulation fautive. Auquel cas, d’ailleurs, l’ambiguïté peut être source de dialogue (autour de l’éclaircissement du sens) dans le cadre d’une situation de discours réel ou imaginaire. Dans le cas d’un discours clos, l’ambigu crée une nébuleuse de sens, dont l’interprétation reste douteuse et dont en traduction on se demande s’il faut la préciser puisque toute précision sera une réduction de la compréhension de l’expression.

13Vient ensuite le problème de l’attribution de la propriété « ambiguë » ainsi dégagée. C’est-à-dire qu’il faut préciser le terme auquel se rapporte la définition et qui dans le Robert est désigné par l’hyperonyme pronom indéfini « ce qui » et que nous avons quelque peu hyponymisé avec « message ».

  • 15 Ronald Landheer, Aspects linguistiques et Pragmatico-rhétoriques de l’ambiguïté, Leyde, thèse, 1984 (...)

14Tout d’abord il faut bien entendu écarter de l’attribution le mot, qui ne saurait être ambigu en soi mais seulement lorsqu’il est convoqué dans une instance de discours. Nous écarterons également comme peu satisfaisante la description qui est faite du phénomène dans le Dictionnaire de Linguistique Larousse. En effet, si cet ouvrage donne la définition suivante, dont on peut s’accommoder : « L’ambiguïté est la propriété de certaines phrases réalisées qui présentent plusieurs sens », les exemples qu’il donne, par contre, (comme le souligne à juste titre Ronald Landheer)15 :

Le secrétaire est dans le bureau
Georges aime Marie autant que Jean

  • 16 Voir, par exemple, ce que dit à ce propos Jean Delisle, dans L’analyse du discours comme méthode de (...)

15constituent plutôt des phrases types que des phrases réalisées. Il n’est pas dit que réalisées dans le discours et contextualisées elles demeurent ambiguës. Ceci fait justice des exemples (un peu simplistes) fabriqués par certains linguistes et dont nous avons signalé précédemment qu’ils étaient dénoncés par les traductologues et les professionnels. C’est pourquoi nous avons pratiquement banni les exemples de composition (on exceptera l’exemple ci-après avec « stroke » qui est un souvenir d’erreur rencontrée). Par ailleurs tenant compte du reproche qui avait été fait à certaines études comparatistes16 nous nous sommes efforcé de toujours donner des énoncés suffisamment contextualisant ou contextualisés par rapport au problème étudié.

16Nous considérons comme base d’étude les phrases occurrences ou énoncés et nous dirons qu’un énoncé est ambigu lorsqu’il peut offrir deux ou plusieurs sens au récepteur.

17Afin de décrire cette propriété, son traitement et ses effets en traduction il nous faut faire intervenir plusieurs paramètres : le tissu linguistique, la situation d’énonciation, les personnes impliquées dans l’acte langagier : l’émetteur, le premier récepteur qu’est le traducteur, le second récepteur qu’est l’auditeur ou le lecteur.

  • 17 Il faudrait sans doute excepter les cris, le langage pulsionnel échappant au contrôle de l’émetteur (...)

18Tout acte de langage est en général un acte volontaire faisant intervenir un vouloir-dire et une forme d’idéation17. Mais l’énoncé en tant que discours convoque des éléments formels qui comportent dans leur texture un potentiel d’ambiguïté. Bien que le jeu de l’ambiguïté fasse toujours intervenir la profondeur paradigmatique et les combinaisons syntagmatiques, on peut considérer que le potentiel d’ambiguïté comporte trois composantes : le sémiotique, le structural et le discursif. Nous nous limiterons ici à l’étude du signe comme source d’ambiguïté.

19L’actualisation du potentiel d’ambiguïté dans le texte peut être le fait de l’énonciateur, auquel cas il y a ambiguïté intentionnelle, inscrite de façon visible ou procédant de manière allusive dans le texte. Il y a là un effet qui est à préserver par le traducteur, et il ne le préservera que si, premièrement, il a perçu le jeu de l’ambigu à travers les formes présentes et deuxièmement, s’il trouve dans la langue d’arrivée et dans sa propre compétence les moyens de transférer le rapport ambigu présent dans le texte de départ.

20L’actualisation du potentiel d’ambiguïté peut être le fait du traducteur, elle relève alors de la dynamique de l’erreur puisqu’elle oriente la réénonciation vers le faux-sens. Par ailleurs il convient de bien considérer que la spécificité de l’opération traduisante multiplie par deux le potentiel d’ambiguïté que nous avons décrit. En effet le traducteur débutant risque d’actualiser l’ambigu de manière erronée à l’intérieur de la langue de départ mais aussi dans la langue d’arrivée par interférence ou simple phénomène de mauvaise écriture.

21Notre démarche consistera à prendre les points d’incidence ou source de l’ambiguïté et à examiner tout à tour les réalisations fautives possibles constituant ce que nous avons désigné par le terme de linguistique contrastive préventive et puis les réalisations volontaires, à traduire, qui constituent un problème de transfert spécifique.

22La source lexicale du paradigme d’ambiguïté est constituée par une composante fondamentale, intralinguistique, qui est faite des ressemblances existant entre les signifiants de la langue source ainsi que de la profondeur des signifiés :

  • l’homophonie, identité de son entre deux signes

  • l’homographie, identité de graphie entre deux signes

  • la paronymie, ressemblance partielle entre les signifiants

  • la polysémie, pluralité des sens d’un signe.

23A cette composante s’ajoutent des relations interfériques entre langue source et langue cible créées par des ressemblances entre des signifiants étrangers et qui ne s’actualisent que dans la dynamique de l’erreur.

1. La dynamique de l’erreur

1.1. Homophonie et homographie

24Les deux phénomènes sont distincts mais coïncident souvent. Les erreurs que nous avons relevées portaient toujours sur des homographes (souvent homophones) sans doute parce que la traduction est un exercice portant sur de l’écrit.

25L’erreur revêt plusieurs formes ou laisse paraître plusieurs types de carences :

26a) Tout d’abord une connaissance parcellaire de la langue. L’étudiant qui traduit :

He stroked his dog
par
* Il donna un coup à son chien

27ne connaît de toute évidence que la réalisation de stroke signifiant « coup » du type :

He arrived on the stroke of 12
Il arriva sur le coup de 12 heures

28b) Ensuite une mauvaise lecture de la distribution des termes du discours

He was a good man, and 1 often recall the kind treatment
I received at his hands. (k. Carson)
* C’était un homme bon et je me rappelle souvent le genre de traitement que je recevais de ses mains.

29L’erreur est d’abord perçue sur le plan sémantique comme une confusion de sens, un examen comparé de la syntagmatique révèle une mauvaise lecture de la distribution : kind (adjectif) a été lu kind of (nom).

C’était un brave homme et je me rappelle souvent la bienveillance avec laquelle il me traita.

30La traduction est d’abord un exercice de lecture et d’attention.

31c) Enfin une rupture avec le macro-contexte, qui révèle souvent, il faut le dire, une certaine absence de bon sens et de hauteur :

[un homme vient d’abattre, d’un coup de bâton, un chien enragé]
He dealt the prostrate brute two more blows which settled its fate.
(N. West).
* Il acheva la brute en deux souffles qui installèrent son destin.
Il asséna deux coups supplémentaires à la brute prostrée, ce qui lui régla son compte.

32Certaines de ces ruptures avec le contexte créent parfois entre l’énoncé traduit et l’énoncé de départ un rapport analogue à celui des jeux de mots :

’My father’s in the Navy. He said there aren’t any unknown islands left. (W. Golding, Lord of the Files).
* Mon père est dans la Marine. Il a dit qu’il n ’y avait aucune île à gauche.

33alors que le contexte signifie clairement que le locuteur veut dire :

« Mon père est dans la Marine. Il m’a dit que les îles inconnues, ça n’existe plus ».

34On peut carrément dire que dans ce cas l’apprenti-traducteur est déboussolé, l’énoncé français, qui laisse paraître sa mauvaise perception du sens, est construit par rapport à un repère locatif inexistant (à gauche de quoi ?) d’où la création de l’absurde.

351.2. La paronymie est généralement perçue comme une double torsion : celle du signifié, puiqu’il y a convocation d’un sens indu, et celle du signifiant, le signe étant perçu comme la déformation d’un autre.

36Sur le plan intralinguistique, elle est souvent liée au lapsus ou à une mauvaise connaissance de la langue.

  • 18 William Shakespeare, The Merry Wives of Windsor, I, 4, 66.

37On sait l’usage qu’en a fait Shakespeare pour caractériser par l’impropriété le langage qu’essaie d’utiliser Miss Quickly par rapport à celui de son Maître le Docteur Caïus. Comme par exemple lorsqu’elle déclare : « I beseech you, be not so phlegmatic : hear the truth of it »18, alors qu’elle voudrait dire : « be not so choleric », paronymie étirée, paronymie quand même.

  • 19 H. W. Fowler, Modem English Usage, Oxford, O.U.P., 1968, p. 433.
  • 20 Ibid.

38Que le danger sur le plan intralinguistique soit réel est attesté par l’existence d’une rubrique intitulée « pairs and snares » dans le Modem English Usage de Fowler19 où il rassemble des paires de mots à ne pas confondre : « deprecate » et « depreciate » par exemple. L’une des causes qu’il attribue à ce genre d’erreur équivaut à un plaidoyer pour l’étude du latin : « the confusion arises largely from the Englishman’s natural failure, if he has not learnt Latin, to realize instinctively the force of suffixes that are not native »20. Et ceci est bien la preuve que l’instinct seul ne peut suffire dans l’apprentissage d’une langue, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’une langue étrangère.

39Sur le plan traductologique il faut distinguer entre :

40a) La paronymie intralinguistique où letudiant substitue au sens d’un mot présent dans le texte celui d’un autre mot anglais qui lui ressemble :

[le sujet représenté par « his » est un laveur de carreaux]

Only his pail and his varions cloths were of the finest quality that money could buy. (J. Wain). * Seuls son chapeau et ses différents vêtements étaient de très grande qualité.

41Dans ce cas il y a confusion entre cloths et clothes.

Seuls son seau et ses divers chiffons étaient de toute première qualité.

42Autre exemple, où l’erreur est fondée sur la paronymie: quite / quiet

I closed my eyes so that I might not see his face. Normally it was a quite unremarkable middle-aged face. (J. Braine).

*Je fermai les yeux afin de ne plus voir son visage. En temps ordinaire c’est le visage quelconque et calme d’un homme entre deux âges.
Le visage tout à fait quelconque.

43b) La paronymie interlinguistique, dans laquelle on substitue au sens d’un mot anglais le sens d’un mot français qui lui ressemble

[ « he » désigne le héros qui vient d’abattre un chien féroce d’un coup de bâton]
He dealt theprostrate brute two more blows which settled ils fate.ffi. West)
*Il donna deux autres coups sur la prostate de la brute qui lui réglèrent son compte.
Il asséna deux coups supplémentaires à la brute prostrée, ce qui lui régla son compte.

441.3. La polysémie est souvent source de faux-sens dus à une lecture superficielle du dictionnaire et du texte. L’homophonie et l’homographie sont souvent source d’erreur à partir de connaissances insuffisantes dont se contente l’étudiant pour « donner du sens » à son texte. La paronymie nous est apparue comme source d’erreur surtout lors de devoirs surveillés ou d’examens, sans doute parce que ces jours-là on essaie de « tirer le maximum de ses connaissances linguistiques » et que l’on est amené à convoquer les signes pour qu’ils investissent tant bien que mal le texte. La polysémie, elle, est une surcharge sémantique qui intervient surtout lors de la consultation de dictionnaires, à l’absence de sens succède un éventail dans lequel on opère un choix tant bien que mal (les erreurs répertoriées ci-après concernent surtout la première et la deuxième année).

45Nous avons relevé trois types d’erreurs qui nous ont paru intéressantes parce qu’elles révèlent bien la façon dont le faux-sens s’établit par rapport à une mauvaise perception des repères de l’énonciation. Par elles, à notre avis, se révèle toute l’importance de la traduction comme exercice d’assouplissement de la perception du caractère relatif et pragmatique des énoncés :

46a) mauvais repérage par rapport à la personne

47Etant donné le contexte décrivant un jeune homme qui vient de faire un héritage et de renouveler sa garde-robe, et le segment suivant indu dans ce contexte :

Then at the thought that he might run against Ann in his beautiful evening dress... (H. G. Wells).

48le syntagme : « his beautiful evening dress » a été traduit par les trois quarts des étudiantes comme signifiant : « la belle robe de soirée qu’il lui avait achetée ».

49b) mauvais repérage par rapport au temps

50Dans un texte journalistique, donc contemporain, portant sur la neurasthénie, il était fait allusion au « Dr Johnson » (le critique et essayiste anglais du xvnr siècle). Interprété par rapport au xxe siècle, il est simplement devenu un psychiatre célèbre.

51c) mauvais repérage civilisationnel

52Dans un texte de Joyce (« the Dead ») où il est question de demoiselles musiciennes, étant donnée la phrase :

Julia, though she was quite grey, was still the leading soprano in Adam and Eve’s, and Kate, [...].

53Le syntagme génitif : Adam and Eve ’s a été interprété comme référant à un « oratorio » par rapport au contexte étroit (et universel) de la performance musicale alors qu’il décrit, par synecdoque, une église de Dublin. Il renvoie donc au contexte civilisationnel.

Julia, malgré ses cheveux gris, était encore premier soprano dans l’église d’Adam et Eve [...]. (Y. Fernandez).

54Mais le plus souvent, il faut le dire, les erreurs fondées sur la polysémie sont dues à un mauvais découpage de l’épaisseur du signe en relation avec le contexte ; comme dans l’exemple suivant :

No music was relayed here. The busy floor echoed with the swirling and gurgling of laps in the embalming rooms [...].
(E. Waugh, The Loved One).

* Ici on ne diffusait pas de musique. Le sol retentissait du gargouillement et des remous des robinets dans les salles d’embaumement.

55On notera que l’étudiant a perçu l’existence d’une incongruité dans l’acception choisie, parce qu’elle n’entre pas bien en collocation avec busy, que pour cette raison, sans doute, il n’a pas traduit.

Ici on ne diffusait pas de musique. Une activité intense régnait à l’étage, où l’on n’entendait que le bruit des robinets, et celui des vidanges dans les salons d’embaumement.

561.4. Il faut également considérer comme source d’ambiguïté les signes complexes qui offrent l’apparence de la motivation et dont le sens n’est pas fait de l’addition de celui des constituants, ou alors de l’addition de sens rares ou vieillis.

I’m a bankrupt here and now (H. G. Wells).
* Je suis en faillite c ici et maintenant à l’heure qu’il est

57L’erreur ci-dessus est assez grossière dans la mesure où le syntagme formulé en français s’intégre mal dans la phrase à laquelle il appartient. Il est des cas où l’erreur est en quelque sorte « plus justifiée », si l’on peut dire, parce qu’elle participe d’une certaine logique. Par exemple, dans l’extrait suivant :

There was no want of artificial flowers in the Corner House entrance hall An enormous cardboard turkey and an enormous cardboard goose [...], held between them the message MERRY XMAS made entirely of white and pink satin roses. As the tableau revolved, the turkey changed to a Christmas pudding and the goose to a mincepie [...]. (A. Wilson).

58Il est tentant (et il peut paraître logique) de traduire mincepie par * « pâté (en croûte) » en liaison avec l’isotopie créée par goose : « oie » + mince : « hacher »/ « hachis » + pie : « pâté » + le fait qu’il y a déjà un dessin représenté par « Christmas pudding ». Or tout angliciste sait que mincepie désigne « une tourte aux fruits secs ». Ces concrétions lexicales sont l’occasion de percevoir la part d’arbitraire qui réapparaît de façon imprévisible dans les processus de motivation. C’est l’expérience de l’idiomatisation, la lecture non littérale.

  • 21 Paris, Vuibert, 1928.
  • 22 Paris, Vuibert, 1975

591.5. L’interférence sémiotique a sa source dans l’homographie et la paronymie interlinguistique. On désigne plus communément ce phénomène à l’aide du terme de « faux-amis ». Le vocable a été introduit par Maxime Koessler et Jules Derocquigny dans leur ouvrage : Les faux amis ou les pièges du vocabulaire anglais21. La version révisée par Maxime Koessler : Les Faux amis 22, constitue l’ouvrage de référence sur ce problème.

60Voici un type d’erreur provoquée par cette source d’ambiguïté :

[Un journaliste dénonce les abus de l’administration contre un maraîcher exproprié],

Only at the end of the article were the villains named Bureaucratie clerks in ail their hideous, inhuman behaviour were charged with the deed; but they were only the instruments of tyranny.
(A. Wilson).

* Les employés de bureau et leur horrible comportement inhumain étaient chargés de l’acte : mais ils n’étaient pas les instruments de la tyrannie.

Ce n’est qu’à la fin de l’article que les méchants étaient dénoncés. La responsabilité de cet acte était imputée à des employés de bureau, seuls capables d’un comportement aussi horrible et inhumain.

  • 23 Hélène Chuquet et Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys (...)

61Hélène Chuquet et Michel Paillard ont fait une intéressante mise au point23 sur ce problème, qu’ils abordent avec beaucoup de circonspection. Nous extrayons la mise en garde suivante qui nous paraît significative de leur position :

[...] les plus sommaires des présentations que nous venons d’évoquer, ainsi que le terme même de faux-amis, ont le fâcheux inconvénient de laisser penser qu’à quelques notoires exceptions près les lexiques des deux langues se correspondent de façon régulière.
(Chuquet et Paillard, 1987, 224).

  • 24 Jean Maillot déclare : « Si par sa forme, il se rapproche davantage d’un manuel que d’un traité, ce (...)
  • 25 Jacques Van Roey, Sylviane Granger, Helen Swallow, Dictionnaire des faux amis, Paris, Gembloux, Duc (...)

62Il n’en reste pas moins que nous avons là un phénomène d’interférence, caractéristique de l’acte de traduction, que les professionnels eux-mêmes ne peuvent ignorer. Nous renvoyons sur ce point à l’ouvrage de Jean Maillot qui, tout en se défendant d’avoir une ambition pédagogique, aborde néanmoins ce problème de façon spécifique et comporte une intéressante bibliographie commentée24 qui dépasse largement le domaine anglais. L’importance du problème sur le plan didactique est attestée par la récente publication du Dictionnaire des faux amis de Van Roey, Granger et Swallow25, qui, sans prétendre à l’exhaustivité, s’efforce de faire le point, sous une forme claire et pratique, sur un certain nombre de convergences et de divergences des lexiques des deux langues. La démarche est contrastive : de très nombreux exemples de traduction plutôt que des définitions ou des descriptions. L’ouvrage peut être consulté pour lui-même et s’avérera utile aussi bien pour le thème que pour la version.

63Nous sommes habitués à considérer le problème des faux amis sous l’angle des rapports entre langue maternelle et langue étrangère, or il existe aussi des interférences entre langues étrangères. Nous citerons le cas d’une étudiante germaniste qui avait traduit :

It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen. (G. Orwell).

64par « les cloches sonnaient treize heures » sous l’effet d’une interférence entre : « Glocke » et « dock ».

65La dynamique négative de l’ambiguïté, celle de l’erreur, est perçue comme la création par défaut d’un second texte, erroné, par rapport au texte de départ. Le lecteur ou l’auditeur qui juge les deux textes en regard : original et traduction, est l’enseignant. La dynamique de l’ambiguïté se développe alors dans le cadre de l’opération de traduction sous forme de parasitage. Dans ce cas il y a deux types d’erreurs. D’abord celles qui ne sont perceptibles que par rapport au texte de départ parce qu’elles arrivent à créer un texte acceptable en langue d’arrivée : par exemple la traduction dans la phrase de John Wain (supra) « son chapeau et ses vêtements » crée un discours cohérent sur le plan sémantique. Par contre, de toute évidence : « taper sur la prostate de la brute » crée un écart par rapport aux normes de l’agressivité. Il y a donc, dans certains cas, des erreurs perceptibles à la simple lecture du texte d’arrivée parce quelles sont en désaccord avec la norme, le contexte (dans la multiplicité des sens où l’on prend ce terme), le jugement, le bon sens.

2. La dynamique positive

66Dans le cas de l’ambiguïté intentionnelle, la dynamique est au contraire perçue comme une multiplication positive de l’énoncé. Nous l’envisagerons sous l’angle des jeux de mots, de leur mécanisme et de l’appréciation de leur traduction.

  • 26 Si nous privilégions d’abord l’étude de ce phénomène, c’est bien entendu parce qu’il est la contrep (...)

67Le jeu de mot peut reposer sur une relation in absentia ou sur une relation in praesentia entre un signe et son paradigme d’ambiguïté, nous nous limiterons ici à l’étude de la relation in absentia26. La dualité de l’énoncé ainsi créé est plus ou moins fortement inscrite dans la syntagmatique.

68La réalisation classique est celle reposant sur la paronymie, révélatrice de connaissances linguistiques mal assurées chez le locuteur, qui produit un texte fautif. La réaction escomptée chez le lecteur est au moins double : tout d’abord le sourire devant la déformation du signifiant, révélatrice d’une infériorité intellectuelle et culturelle, ensuite le rétablissement du mot propre en filigrane.

  • 27 Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wenderland (1865), Londres, Dent (The Children’s Illustrated C (...)

[Alice est en train de tomber dans un puits]
Presently she began again. « I wonder if I shall fait right through the earth ! How funny it’ll seem to corne oui among the people that walk with their heads downwards ! The Antipathies, I think – » (she was rather glad there was no one listening, this time, as it didn’t sound at ail the right word).
(L. Carroll, p. 3)27.

  • 28 Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, traduction par Henri Parisot, Paris, Aubier-Flammario (...)

« Je me demande, reprit-elle bientôt, si je vais traverser la terre de part en part ! Comme ce serait drôle de ressortir parmi ces gens qui marchent la tête en bas ! Les Antipodistes, je crois... » (elle fut bien contente, cette fois, qu’il n’y eût personne pour l’écouter, car cela n’avait pas l’air du tout d’être le mot juste).
(H. Parisot, p. 85)28.

  • 29 Alice au pays des merveilles, traduit de l’anglais par Jacques Papy, Paris, Pauvert, 1961.

Bientôt, elle recommença : « Je me demande si je vais traverser la terre d’un bout à l’autre ! Ca sera rudement drôle d’arriver au milieu de ces gens qui marchent la tête en bas ! On les appelle les Antipattes ; je crois… » (cette fois, elle fut toute heureuse de ce qu’il n’y eût personne pour écouter, car il lui sembla que ce n’était pas du tout le mot qu’il fallait).
(J. Papy, p. 20)29.

69Lewis Carroll joue sur la paronymie : antipathies/antipodes. Il nous semble qu’en utilisant « antipodistes », qui préserve l’impropriété, Henri Parisot crée un jeu où le signifiant présent est trop proche du signifiant absent, il sémantise trop l’écart. Jacques Papy, certes, substitue un barbarisme à l’impropriété mais préserve davantage le rapport entre les signifiants et l’interrogation nécessaire sur le sens de cet « étrange lexème ».

70Le jeu paronymique actualisant des barbarismes qui provoquent des interrogations ou des échos dans le texte est sans doute utilisé à son maximum dans la conversation où la tortue « fantaisie » décrit à Alice ce qu’elle faisait à l’école. Le barbarisme est ici promu au rang d’instrument de création d’un texte possédant des segments de cohérence à partir d’un signifiant : Drawling déclenche une série sur Stretching and Fainting in Coils : Laughing appelle un élément du champ antonymique : Grief.

‘What else hadyou to learn?’
‘Well, there was Mystery ’ the Mock Turtle replied, counting off the subjects on his flappers, ’Mystery, ancient and modem, with Seaography: then Drawling – the Drawling-master was an old conger-eel, that used to corne once a week: he taught us Drawling, Stretching, and Fainting in Coils
‘What was that like?’sait Alice.
‘Well, I can’t show it you myself, the Mock Turtle said: Im too stiff. And the Gryphon never learn it. ’
‘Hadn’t time’, said the Gryphon: ‘1 went to the Classical master, though. He was an old crab, he was ’.
’I never went to him’, the Mock Turle said with a sigh: ‘he taught Laughing and Grief, they used tosay.’
(L. Carroll, p. 83).

– Qu’est-ce qu’on vous enseignait d’autre ?
– Eh bien, il y avait l’Irvoire, répondit la Simili-Tortue en comptant sur ses pattes, l’Ivoire Ancien et l’ivoire Moderne, et la Mérographie. Puis, on nous apprenait à LésinerLe professeur était un vieux congre qui venait une fois par semaine : il nous apprenait à Lésiner, à Troquer, et à Feindre à la Marelle.
– Comment faisiez-vous ça : « Feindre à la Marelle » ?
– Ma foi, je ne peux pas te le dire, car je l’ai oublié. Quant au Griffon, il ne l’a jamais appris.
– Pas eu le temps, déclara le Griffon. Mais j’étudiais les classiques avec un vieux professeur qu’était un vieux crabe.
– Je n’ai jamais pu suivre ses cours, poursuivit la Simili-Tortue en soupirant. On dirait qu’il enseignait le Patin et la Greffe.
(J. Papy, p. 132-133).

« Qu’aviez-vous à apprendre encore ? »
« Eh bien, il y avait les Listes noires, répondit la Tortue « fantaisie », en comptant les sujets sur ses battoirs – Liste noire ancienne et Liste noire moderne, ainsi que la Sous-l’eau-graphie ; puis le Larcin – le Professeur de Larcin était un vieux congre qui venait une fois par semaine. Lui, il nous enseignait la technique du Larcin, ainsi qu’à Escroquer d’après nature et à Feindre à la Presque.
« Qu’est-ce que c’est que Feindre à la Presque ? » demanda Alice.
« Ma foi, je ne saurais vous en faire moi-même la démonstration, répondit la Tortue « fantaisie », car je ne simule pas assez bien pour cela. Quant au Griffon, il ignore tout de cet art ».

« Je n’ai pas eu le temps de m’y initier, expliqua le Griffon. J’étudiais les Classiques sous la férule d’une maître qui n’était autre qu’un vieux Cancre ».
« Je n’ai jamais suivi ses cours, dit la Tortue « fantaisie » dans un soupir. Il enseignait, disait-on, le Patin et le Break ».
(Trad. H. Parisot, pp. 231-233).

71La traduction de Henri Parisot nous semble supérieure à celle de Jacques Papy, plus drôle, plus enlevée.

  • 30 Note 1, J. Papy, op. cit, p. 132.
  • 31 Ibid., p. 182.

72Tout d’abord le rapport paronymique entre Mystery et History est mieux rendu par celui entre « Liste noire » et « L’histoire » que « ivoire » et « histoire ». Les deux premiers segments ne diffèrent que par l’insertion du phonème / n / après /t/ qui crée une suite analogue à celle produite par certaines déformations du palais. Par ailleurs le mot « ivoire » n’étant pas du féminin comme « histoire », il ne crée pas le même écho au niveau de l’adjectif « ancien ». Ensuite Parisot crée une série plus homogène de paronymes dans le champ sémantique du vol, de l’escroquerie, de la tromperie. Enfin il rattache le dernier syntagne verbal au sémantisme premier par le jeu de la contrepèterie. Ne jouissant pas de ce dernier éclairage, Jacques Papy est obligé de recouvrir aux notes en bas de page : « bien entendu il faut comprendre : Dessiner, Croquer, et Peindre à l’Aquarelle »30. A cela s’ajoute son attitude complexée qui lui fait à nouveau s’excuser de sa traduction tout en révélant une approche erronée du problème : « Nous ne pouvions avoir recours qu’à des similitudes phonétiques du même genre, sans songer à respecter le sens de l’original »31. Mais précisément, quel est « le sens de l’original » ? Peut-on encore parler du sens au singulier, sans trahir, dans la mesure où il s’agit de produire un texte flottant dont les composantes sont perçues comme une déformation d’un texte originel présent uniquement par le jeu du contexte et de lecho verbal des signifiants ?

73Le jeu de mots peut être une suggestion plus subtile, incertaine, lorqu’il utilise, par exemple les échos de l’homophonie. Au tout début de Richard III, le « héros », alors Gloucester, commente ainsi la victoire du parti yorkiste :

Now is the winter of our discontent

Made glorious summer by this sun of York; (Richard III, I, 1).

74La traduction de François-Victor Hugo :

Donc, voici l’hiver de notre déplaisir changé en glorieux été par ce soleil d’York;

75et de Pierre Leyris :

Voici l’hiver de notre déplaisir mué en radieux été par ce soleil d’York.

  • 32 William Shakespeare, The Tragedy of Richard the Third / La Tragédie de Richard III, traduction de P (...)

76sont littérales. Elles rendent compte du fait, indiqué en note par Pierre Leyris, que « l’insigne yorkiste était un soleil flamboyant »32.

77Or il est bien évident qu’en anglais il y a eu au travers de suri (« soleil ») une référence à l’homophone son (« fils »). Dans sa traduction :

Eh bien! Voici enfin l’hiver de notre déplaisir. Changé en gloire d’été par cet astre d’York;

  • 33 Paris, Editions Comédie Française.

78Jean-Louis Curtis33 utilise le paradigme de désignation représenté par la relation : « soleil » (hyponyme) – « astre » (hyperonyme). Le choix de l’hyperonyme « astre » ouvre le syntagme à une double référence par polysémie : « soleil » et « personnage illustre ». Le traducteur a donc dans ce cas recréé un flottement du texte.

79Enfin nous donnerons un dernier exemple où ce flottement s’inscrit dans la syntagmatique sous forme d’un double énoncé construit à partir d’une même source signifiante :

PRINCESS
Sweet hearts, we shall be rich ere we départ,
If fairings corne thus plentifully in...
Look you, what I have from the loving king – A lady walled about with diamonds!

ROSALINE
Madam, came nothing else along with that?
PRINCESS
Nothing but thislyes, as much love in rhyme
As would be crammed up in a sheet of paper,
Writ o’both sides the leaf, margent and all –
That he was fain toseal on Cupid’s name.
ROSALINE
That was the way to make his godhead wax...
For he hath been five thousand years a boy.
(Shakespeare, Loves Labours Lost, V, 2,1. 1-11).

  • 34 La syllepse est décrite par Fontanier comme un trope mixte consistant « à prendre un même mot tout- (...)

80Dans ce texte la source sémiotique de l’ambiguïté est le segment wax qui peut se réaliser sous deux formes homophones et homographes : le nom wax signifiant « cire » et le verbe to wax signifiant « croître, grandir ». Un double énoncé est construit autour de cette source selon un processus proche de la syllepse34. Le premier énoncé utilise l’avant-texte et fait de wax un complément d’attribution (ou de transformation) de godhead, le sens est :

« c’était une façon de donner forme de cire à sa divinité »

81Le second énoncé est créé par la suite du texte : la proposition introduite par la conjonction de coordination for, qui de façon significative donne une raison, une signification à ce qui précède et transforme le segment en structure causative où Godhead est sujet du verbe wax, le sens est :

« c’était là façon d’accroître sa divinité ».

  • 35 William Shakespeare, Loves Labours Lost / Peines d’Amour Perdues, traduction de Jean-Louis Supervie (...)

LA PRINCESSE
Chers cœurs, nous serons riches avant de partir, pour peu que les cadeaux continuent d’affuer... Voyez ce que moi-même j’ai reçu du roi amoureux : un pendentif !
ROSALINE
N’y avait-il rien d’autre, Madame, avec ceci ?
LA PRINCESSE
Rien d’autre ! Mais il y a autant d’amour rimé qu’en peut contenir une feuille de papier écrite des deux côtés, dans la marge et partout. Il était trop heureux de la cacheter du sceau de Cupidon !
ROSALINE
C’est une façon de donner à ce dieu statut de sire, depuis cinq mille ans qu’il est resté enfant. (Trad. j L Supervielle)35.

  • 36 Voir Jean-Michel Déprats, « Traduire Shakespeare pour le théâtre ? », Palimpsestes, n° 1, pp. 53-65

82Le jeu de mot est préservé mais en déplaçant le centre de l’ambiguïté vers le second énoncé, où la notion de « croissance » est rendue en français par la notion de « hiérarchie ». Jean Michel Déprats, fidèle à ses principes de fidélité et d’économie36 recentre de façon efficace le jeu de mot entre les deux énoncés, sur la traduction du signifiant premier laissant à l’homophonie le soin d’assurer la soudure comme dans l’original.

  • 37 Traduction réalisée pour le Festival d’Avignon, 1980.

PRINCESSE
Tendres amies, nous serons riches avant notre départ
Si les cadeaux continuent ainsi à affluer :
Une femme emmurée de diamants :
Voyez ce que j’ai reçu du roi amoureux.
ROSALINE
N’y avait-il rien d’autre avec, Madame ?
PRINCESSE
Rien d’autre ? Si, autant d’amour rimé
Qu’on peut en fourrer sur une feuille de papier,
Des deux côtés, dans la marge, partout,
Scellée du nom de Cupidon.
ROSALINE
Voilà comment ce dieu a pu devenir cire,
Depuis cinq mille ans qu’il était un enfant.
(Trad. J.M. Déprat)37

83L’ambiguïté dans le langage est constituée à la fois par le flou et le mouvement du non-verbal qui tend vers une forme d’expression et par le principe d’économie qui régit le système dans sa potentialisation du sens et dans son organisation. L’ambigu est perçu comme un échec lorsqu’il est la manifestation d’une absence de tension dans l’inscription du sens par le langage, il devient jeu de surprise lorsqu’il permet la multiplication des messages à partir des formes. La traduction en tant qu’activité d’interprétation et de réécriture fondée sur le décentrement offre un parcours exceptionnel pour l’exploration de ce potentiel, encore faut-il se donner les moyens de l’observer. Car c’est là que se situe la différence primordiale entre la traduction professionnelle et la traduction didactique : l’une a un caractère nécessaire et directement utilitaire, l’autre est un moyen d’éveil. Eveil à ce qui constitue le discours, les discours, le discours sur le discours ; éveil au pouvoir des mots, à leur valeur ; éveil à soi, éveil aux autres dans la mesure où (et les erreurs le révèlent) il entre aussi bien du subjectif que de l’objectif dans la lecture d’un texte. Mais pour que l’enseignement de la traduction soit pleinement tout cela et non pas seulement l’acquisition d’une compétence permettant d’avoir un examen sans doute serons-nous amené à concevoir d’autres formes d’exercices, d’autres formes d’examens où la traduction ne soit plus, ou n’apparaisse plus comme, une fin en soi mais bien plutôt comme un objet d’étude, un moyen d’exploration.

Notes

1 The Craft and Context of Translation, Austin, University of Texas Press, 1961.

2 Eugene Nida, Toward a Science of Translating, Leyde, Brill, 1964.

3 Ibid., p. 262.

4 Ibid., p. 101.

5 Gilbert W. King, « Functions required of a translation System », in Proceedings National Symposium on Machine Translation, 1961, edited by H.P. Edmmundson Englewood Cliffs, N.J. : Prentice-Hall, Inc., cité par Nida, op. cil, 1964, p. 262.

6 Nous n’entrerons pas ici dans le débat concernant la machine à traduire. Toutefois, sans estimer que le problème soit totalement résolu aujourd’hui, il convient de souligner que ces propos de Nida datent de 1963. Il n’en reste pas moins que les problèmes de désambiguïsation, résolus de façon instinctive par l’homme, constituent une phase de reconnaissance essentielle dans le processus de traitement d’une machine à traduire (c/. Marie-Claude et Guy Bourquin, « les problèmes de la traduction automatique », in La Traduction : de la théorie à la didactique, Lille, P.U.L., 1984, pp. 65-78).

7 « I owe much to Nida and the Leipzig School », Peter Newmark, Approaches to Translation, Londres, Pergamon, 1981, p. IX.

8 Ibid., p. 181.

9 Danica Séleskovitch, « La théorie du sens et la machine à traduire », in Danica Séleskovitch et Marianne Lederer, Interpréter pour traduire, Paris, Didier, 1984, p. 120.

10 Jean-Claude Margot, Traduire sans trahir, Lausanne, L’âge d’homme, 1979.

11 Ibid., p. 151.

12 Jean Maillot, La traduction scientifique et technique, Paris, technique et documentation, 1981.

13 Ibid., p. 44.

14 Cette liste de traductologues n’est nullement limitative, mais elle nous semble suffisamment représentative d’une opinion assez largement répandue chez les traductologues et en particulier chez ceux qui sont des professionnels ou qui s’occupent de formation de professionnels.
Dans un autre registre on trouvera, par exemple, chez Jacqueline Guillemin-Flescher une étude ponctuelle de la façon dont on peut "lever une ambiguïté aspectuelle par l’ajout d’un syntagme verbal de localisation spatiale’. (Syntaxe comparée du français et de l’anglais, Gap, Ophrys, 1981, pp. 185-188) mais l’auteur n’aborde pas le problème de l’ambiguïté de façon spécifique.

15 Ronald Landheer, Aspects linguistiques et Pragmatico-rhétoriques de l’ambiguïté, Leyde, thèse, 1984, p. 2).

16 Voir, par exemple, ce que dit à ce propos Jean Delisle, dans L’analyse du discours comme méthode de traduction, Ottawa, Editions de [’Université d’Ottawa, p. 87.

17 Il faudrait sans doute excepter les cris, le langage pulsionnel échappant au contrôle de l’émetteur, les paroles prononcées pendant le sommeil.

18 William Shakespeare, The Merry Wives of Windsor, I, 4, 66.

19 H. W. Fowler, Modem English Usage, Oxford, O.U.P., 1968, p. 433.

20 Ibid.

21 Paris, Vuibert, 1928.

22 Paris, Vuibert, 1975

23 Hélène Chuquet et Michel Paillard, Approche linguistique des problèmes de traduction, Paris, Ophrys, 1987, pp. 224-229.

24 Jean Maillot déclare : « Si par sa forme, il se rapproche davantage d’un manuel que d’un traité, cet ouvrage n’a aucune ambition didactique et encore moins pédagogique », op. cit., p. 263. Il présente pourtant, à notre avis, trois qualités essentielles sur le plan pédagogique : la clarté d’exposition, la décomposition des problèmes, les exemples. Les étudiants de « Langues appliquées » auraient tout intérêt à prendre connaissance de cet ouvrage, ainsi que de la plus récente publication de Claude Bédard, La traduction technique, Montréal, Linguatech., 1986.

25 Jacques Van Roey, Sylviane Granger, Helen Swallow, Dictionnaire des faux amis, Paris, Gembloux, Duculot, 1988.

26 Si nous privilégions d’abord l’étude de ce phénomène, c’est bien entendu parce qu’il est la contrepartie « positive » de ce qui apparaît comme une erreur chez l’étudiant.

27 Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wenderland (1865), Londres, Dent (The Children’s Illustrated Classics), 1964.

28 Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, traduction par Henri Parisot, Paris, Aubier-Flammarion, 1970.

29 Alice au pays des merveilles, traduit de l’anglais par Jacques Papy, Paris, Pauvert, 1961.

30 Note 1, J. Papy, op. cit, p. 132.

31 Ibid., p. 182.

32 William Shakespeare, The Tragedy of Richard the Third / La Tragédie de Richard III, traduction de Pierre Leyris, Club Français du Livre, 1962, note 3, p. 283.

33 Paris, Editions Comédie Française.

34 La syllepse est décrite par Fontanier comme un trope mixte consistant « à prendre un même mot tout-à-la-fois dans deux sens différents, l’un primitif ou censé tel, mais toujours du moins propre ; et l’autre figuré ou censé tel, s’il ne l’est pas toujours en effet ; ce qui a lieu par métonymie, par synecdoque, ou par métaphore » (Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1977). O. Ducrot et T. Todorov, dans leur Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage (Paris, Seuil, 1972) ont repris l’un des exemples donnés par Fontanier en faisant ressortir la dualité syntaxique de l’énoncé. (L’expression est de nous) dans lequel se trouve pris la source sémiotique de la figure. L’exemple tiré de LLL, que nous analysons fait plus nettement encore apparaître cette dualité, précisément parce qu’elle joue sur l’homonymie alors que les exemples donnés par Fontanier jouent davantage sur la polysémie ou l’utilisation tropique des termes. Il est caractéristique de cet usage qu’il soit rangé par P. Rafroidi et D. Jacquin dans leur Précis de stylistique anglaise, Gap, Ophrys, 1978, dans un chapitre intitulé : « les déviations et les renversements de la logique », op. cit., p. 185.

35 William Shakespeare, Loves Labours Lost / Peines d’Amour Perdues, traduction de Jean-Louis Supervielle, Club Français du Livre, 1962.

36 Voir Jean-Michel Déprats, « Traduire Shakespeare pour le théâtre ? », Palimpsestes, n° 1, pp. 53-65.

37 Traduction réalisée pour le Festival d’Avignon, 1980.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search