Version classiqueVersion mobile

La traduction plurielle

 | 
Michel Ballard

Présentation

Michel Ballard

Texte intégral

  • 1 Edmond Cary, Comment faut-il traduire ?, Lille, P.U.L., 1985.

1S’opposant aux thèses de Fedorov, Edmond Cary, dès 1958, propose dans Comment faut-il traduire ?1 une théorie de la traduction qui met en avant la nécessité de prendre en compte l’extralinguistique et la diversité des genres.

  • 2 Antoine Culioli, Recherche en linguistique, théorie des opérations énonciatives, transcription du s (...)

2L’évolution de la linguistique et de la traductologie ont largement corroboré ses vues. Antoine Culioli, par exemple, dans son séminaire2 met l’accent sur l’hétérogénéité du langage et pose le problème de l’articulation de la linguistique avec les sciences connexes qui étudient le langage et la production de texte :

Le problème est donc de savoir si l’on doit considérer le texte littéraire en tant que tel et à partir de considérations générales ou dans son irréductibilité, et dans ce cas, il faudra tenir compte de facteurs extrêmement complexes que le linguiste ne contrôle pas.
(Culioli, 1975-76, p. 23).

  • 3 Nous faisons ici référence aux travaux qui se sont élaborés à partir des théories de l’E.S.I.T., te (...)

3Les traductologues, et en particulier ceux de l’École de Paris3 ont mis en avant l’importance du bagage cognitif du traducteur et de l’interprète dans l’élaboration et la retransmission du sens :

Non seulement la compréhension du discours n’apparaît pas comme le résultat d’une synthèse d’éléments linguistiques devant au minimum constituer une proposition comme le voudraient les grammairiens, non seulement elle ne se produit pas linéairement comme le notent Riesbeck et Schank, mais elle se fait par association des indices sémantiques des mots avec un savoir préalable, en fonction d’une cohérence logique.
(Séleskovitch, 1984, p. 122).

  • 4 Maurice Pergnier, Les fondements sociolinguistiques de la traduction, réimpression [1re éd. 1978], (...)
  • 5 Jean Delisle, L’analyse du discours comme méthode de traduction, réimpression [1re éd. 1980], Ottaw (...)

4Adoptant les mêmes positions sur l’importance du contexte dans l’élaboration du sens, Maurice Pergnier4, étudie la traduction dans le cadre d’une situation de communication mais aussi, et ceci est capital, comme médiatisation du message. Autre représentant de cette école, Jean Delisle défend des vues identiques et surtout, dans une démarche qui allie le scientifique au pédagogique, il précise le concept de L’analyse du discours comme méthode de traduction5 sous-jacent ou co-extensif aux théories de Danica Seleskovitch, Marianne Lederer et de Maurice Pergnier :

Devant les impasses auxquelles ont conduit les théories linguistiques qui mettaient entre parenthèses le sens des énoncés, la linguistique semble changer de cap ; elle s’oriente de plus en plus vers les théories de l’énonciation, de la présupposition, en un mot vers l’analyse du discours […]. En effet tout effort de systématisation dans le domaine qui nous intéresse semble devoir porter prioritairement sur l’actualisation des signes et sur les traits référentiels et situationnels non proprement linguistiques qu’entraîne cette actualisation.
(Delisle, 1982, pp. 95-96).

  • 6 Lance Hewson, Les paramètres de la traduction, Montpellier, thèse, avril 1987.
  • 7 Cf. en particulier op. cil, deuxième partie : « Les paramètres du texte de départ » et quatrième pa (...)

5Dans une thèse récemment soutenue à Montpellier, sous la direction de Jacky Martin, Lance Hewson, reprenant certaines données des théories de Maurice Pergnier, élargit et précise le champ des Paramètres de la traduction6. Etablissant une typologie des traductions, il analyse, de façon originale l’influence des conditions de production du texte de départ et du texte d’arrivée7 sur les formes que peut revêtir l’opération traduisante.

6L’évolution de la traductologie fait donc apparaître, au même titre que celle de la linguistique et de la critique textuelle, qu’il y a des modes du « dire » et que ceux-ci sont liés à une situation, à un désir d’agir sur un interlocuteur. La traductologie intègre donc les données des théories de la communication et de la pragmatique.

  • 8 L’expression est de Hewson, op. cit., p. 38.
  • 9 Culioli, op. cit., 1975-76, p. 4.
  • 10 Antoine Culioli, Notes du séminaire de D.E.A. 1983-84 à l’Université de Paris VII, Poitiers, 1985, (...)

7Mais en contrepoint de cette mise en évidence de la nécessité d’étudier les genres en traduction, de prendre en compte l’extralinguistique tant sur le plan du bagage cognitif que de la situation ou de la psychologie humaine, il convient de ne pas oublier que ce qui fait la traduction c’est l’existence de deux tissus langagiers différents qui « médiatisent » (pour reprendre le terme de Pergnier) le vouloir-dire de l’auteur et le désir de réénonciation du traducteur. Les opérations portant sur la matière linguistique sont pratiquement évacuée chez Cary, elles font partie de l’évidence ou de l’inaccessible. Ce qu’il met en avant, outre sa salutaire prise en compte des genres, c’est le talent et la créativité en matière de traduction. Il ne s’agit certes pas de nier ce déclic, cet envol, pour reprendre l’image qu’il utilise, car il y a souvent comme un saut, ou un mouvement de bascule, dans la création comme dans les « trouvailles » de traduction. Mais de part et d’autre de cette inconnue il y a des traces matérielles qui sont l’objet d’opérations d’identification, de comparaisons, de choix. Et s’il est vrai que ces opérations font intervenir la créativité il n’est pas moins vrai quelles reposent également sur les processus de reconnaissance élaborés sur du déjà-dit, selon des processus de variation ou d’écarts à partir de schémas représentant du déjà-traduit8. Un linguiste comme Culioli met l’accent sur le langage comme « activité symbolique ou idéo-praxique »9. Dans son séminaire de 83-84 il parle de « l’autonomie du symbolique par rapport aux événements représentés »10. Il y a sans doute intérêt à prendre en compte cette « autonomie du symbolique » dans la construction d’une démarche en traductologie. Il conviendrait donc d’intégrer le fait que la perception du sens s’élabore à partir de pôles souvent polyvalents ou flous dont l’interprétation dépend de choix personnels. Il faudrait également intégrer le fait que la réénonciation d’un texte à l’aide des composantes d’un autre système, implanté dans une autre culture à l’intension d’un autre public par un autre locuteur que le premier va générer des formes en relation de paraphrase avec la première mais entretenant avec elle des écarts dont certains sont dûs à la subjectivité de l’écrivant, d’autres aux règles du système, d’autres encore à l’autonomie du texte qui se constitue à partir des pôles de réénonciation que sont les signes, les catégories grammaticales et les relations énonciatives. Cette recherche sur ce que Pergnier appelle « la médiatisation du message » et Delisle « l’actualisation des signes » (notions que l’on pourra rapprocher de la « construction des représentations » de Culioli) passe par un examen des traces formelles, lexicales, grammaticales, phonologiques, stylistiques (et autres) qui constituent le langage.

8Devant un objet aussi vaste, aussi mouvant, il semble que la souplesse soit de rigueur. Il importe de percevoir les activités de traduction dans leur spécificité et de relativiser les points de vue d’où se mènent les réflexions. Sans nier les vertus des synthèses qui s’efforcent de prendre de la hauteur nous avons laissé parler les expériences pour que s’exposent les problèmes, dans leur diversité sans doute, mais aussi dans leur indéniable concordance.

9L’œuvre de Shakespeare, au même titre que la Bible, constitue LE TEXTE à traduire, la tentation du traducteur. Texte-symbole, représentant d’une culture et manifestation de ce que le génie possède d’exceptionnel, « Shakespeare » pose de manière aigüe le problème du degré d’adaptation que l’on peut (ou qu’il faut) faire subir au texte pour qu’il continue de vivre au delà les barrières de l’espace, du temps et des mentalités.

  • 11 Jean-Louis Curtis, « Le livre et la parole », La Nouvelle Revue de Paris, n° 4, déc. 1985, p. 30.

10Jean-Louis Curtis possède à un degré singulièrement élevé les qualités qui font les bons traducteurs. La langue, la littérature et la civilisation des pays anglo-saxons sont pour lui des domaines aussi familiers que ceux de la culture française. Son oeuvre romanesque abondante fait de lui ce que la critique appelle : « un témoin de son temps ». Depuis Les jeunes hommes (Julliard, 1946) jusqu’à Le battement de mon coeur (Flammarion, 1981) ce sont les problèmes de la France en guerre, puis les mythes des années soixante et les désarrois de l’après 68 qu’il passe en revue. Son dernier roman, Le mauvais choix (Flammarion, 1984) est un « rapprochement entre l’Occident du XXe siècle et ce qu’on appelle improprement d’ailleurs, la ‘décadence’ romaine »11. L’écriture romanesque y est incrustée de pamphlets, elle se nourrit d’un genre cousin germain de la traduction : le pastiche, que Jean-Louis Curtis affectionne et pratique avec bonheur. (La Chine m’inquiète, Paris, Grasset, 1972 ; La France m’épuise, Paris, Flammarion, 1982 ; Un rien m’agite, Paris, Flammarion, 1985).

Dans une certaine mesure [...] ils [les pastiches] comportent une critique directe de l’auteur pastiché. Je n’emploie pas « critique » au sens négatif du terme : jugement sévère, démystification, mais au sens purement pédagogique, universitaire : étude du style, mise en évidence des caractères propres à l’écriture, à l’art d’un auteur. A ce titre, les pastiches peuvent être des moyens rapides pour connaître un auteur, des chemins de traverse dans les halliers de l’Histoire de la littérature ; chemins de traverse qui sont aussi des chemins des écoliers, où l’on s’amuse de tout. Si j’étais professeur en Sorbonne, je donnerais de bons pastiches, par exemple ceux de Marcel Proust…
(Curtis, 1985, p. 25).

11Jean-Louis Curtis a traduit un roman de Philip Toynbee : Le Thé de Mrs Goodman (Denoël), mais c’est surtout vers le théâtre que s’est tournée son activité dans ce domaine avec l’Hadrien VII de Peter Luke, d’après Frederick Rolfe (L’Avant-scène), Témoignage irrecevable de John Osborne et une adaptation de Henry James : Les ailes de la colombe. Mais c’est sans doute l’oeuvre de Shakespeare qui a le plus sollicité sa sensibilité et son talent, avec Richard III, La nuit des rois, Périclès (Editions Comédie Française), Le roi Lear (Gallimard), Coriolan (Club français du livre). Jean-Louis Curtis, enfin, a assuré le « passage » de Shakespeare à la télévision française en se soumettant aux règles du sous-titrage : étrange et moderne version bilingue où le texte médiatisé par le support audio-visuel continue de vivre et d’être accessible dans une intégralité presque originelle, que ponctuent des fragments condensés de traduction.

12Traducteur et adaptateur de Shakespeare, Jean-Louis Curtis retrace la relativement tardive et lente pénétration de cet auteur en France. Le désir de traduire un génie révélé tout autant par ses qualités propres que par le contraste qu’il offrait par rapport aux classiques participa d’un mouvement qui tenait tout autant de la mode, de la réaction que de l’évolution des mentalités. Parmi les traductions contemporaines, Jean-Louis Curtis en examine trois particulièrement significatives et il évoque quelques-uns des problèmes qui font la difficulté de traduire Shakespeare.

13Spécialiste de Saint-John Perse (Le Rituel poétique de Saint-John Perse, Paris, Idées Gallimard, 1977 ; Sur deux versants, la création chez Saint-John Perse, Paris, José Corti, 1987) Henriette Levillain fournit un témoignage précieux sur les rapports qu’a entretenus le poète, bilingue de surcroît, avec la traduction de sa propre œuvre en anglais. La relation quasi pédagogique qui s’est instaurée autour du choix des mots dans la recherche de leurs équivalences a amené le créateur à exposer aux traducteurs les réseaux de fonctionnement de son œuvre. Ainsi donc, parlant une langue étrangère, le poète est amené à faire résonner encore sa propre langue poétique et à laisser transparaître ses principes de composition et de choix. Cet échange, ce travail de commentaire à propos de et pour la traduction mettent en évidence le rôle de révélateur que cette activité de re-production possède, mais qui précisément a besoin d’être dit, d’être verbalisé, pour apparaître plus clairement encore. Ces considérations sur le jeu des images, ces plongées dans les profondeurs de l’ambiguïté rappellent, avec force et salubrité, l’importance souvent négligée, parfois occultée, de l’exploration des mots dans toute démarche traductive ou traductologique.

  • 12 Efim Etkind, Un art en crise, Lausanne, Lage d’homme, 1982.

14A partir d’une expérience de traduction de deux poètes irlandais, Patrick Kavanagh et Desmond Egan, Danielle Jacquin évoque les angoisses du traducteur de poésie. Sa réflexion prend pour appui la typologie établie par Efim Etkind12, qui tout en prônant le respect de la forme de départ considère que le sentiment esthétique doit guider la recréation. La rime est étudiée comme illustration de l’indissociabilité du fond et de la forme, comme nœud sonore participant à un schéma rythmique et associatif. La traduction de la poésie fait ici appel à une théorie du signe dans son environnement : il s’agit de retrouver derrière les signes un univers mental, un être. Danielle Jacquin enfin examine les tensions qui créent la dialectique de la traduction : l’équivalence et l’accord dans la différence des moyens, l’interprétation et l’élucidation face à l’inévitable ou nécessaire obscurité du poème, le discours indirect qu’une autre voix élabore et qui « par rapport à l’œuvre » risque toujours de ne paraître qu’un possible, contestable.

15Les langues portent des traces plus ou moins fortes de leur implantation géographique. Les particularismes affleurent dans le lexique et la syntaxe. Des mots et des tours prennent des couleurs locales si fortes et si personnelles qu’on peut se demander si, comme les concrétions poétiques, elles ne résistent pas à toute tentative de réexpression à l’aide d’un matériau différent. Spécialiste de littérature irlandaise, Godeleine Carpentier utilise son expérience de traductrice dans ce domaine pour traiter de la traduction des dialectes. Son approche méthodique établit d’abord les définitions d’un certain nombre de notions et dresse une typologie des dialectes et de leur utilisation en littérature. Elle propose ensuite de façon concrète un certain nombre de solutions étayées par de solides considérations d’ordre technique sur ce qui justifie les équivalences avancées.

16Le texte de Françoise Vreck est dans le prolongement du précédent à plus d’un titre. Il complète l’étude du dialecte dans le roman et dans la poésie par un examen de son utilisation au théâtre. Tout en s’interrogeant sur les indices d’une typologie des usages, il fait apparaître une évolution dans l’attitude de certains auteurs vis-à-vis du dialecte. La première tâche du traducteur est de dégager le rôle du dialecte dans la pièce : son accentuation de certains traits de l’oralité (implicite, répétition), sa fonction d’écart par rapport à la norme qui est très différemment exploitée selon les auteurs (Wesker, Bond, Arden et Miller). Les solutions adoptées constituent une palette assez large qui est abondamment commentée. La notion de dialecte enfin est réexaminée comme ingrédient littéraire et sa traduction soumise au critère de théâtralité. On retrouve des positions proches de celles de Cary dans l’expression des exigences finales : que le texte continue de vivre, que la traduction serve un acte de communication.

17La représentation de l’oralité du langage constitue sans doute le lien entre la traduction du dialecte et celle du théâtre. Mais dans cette dernière la préservation du rapport de l’oral écrit à sa source ainsi qu’aux échos qu’il éveille devient un impératif catégorique, à la fois preuve et condition de la réussite de la traduction. Dans un premier volet, Françoise Vreck analyse les transferts de sonorités et d’accords que requiert cet exercice, tant dans l’équivalence de leur impact ponctuel que dans le jeu d’échos auquel donne lieu la linéarité du langage. Mais l’autre caractéristique essentielle du théâtre est d’être du verbe lié à une situation extralinguistique et le problème qui se pose au traducteur est de préserver ce rapport, cette interaction jusque dans l’elliptique. Le temps, la personne, la polysémie, les connotations constituent quelques unes des composantes de cette interaction ici étudiée à partir du théâtre contemporain. Il apparaît que le traducteur dans ce domaine est l’interprète d’une situation extralinguistique et de son inscription dans un texte qui est non seulement signifiant mais relationnel. Le théâtre est ici étudié comme acte de langage visant à avoir une action sur un public avec une économie de moyens, un flou, une légèreté, qu’il faut préserver en usant d’un matériau différent et l’on voit apparaître qu’une définition de la fidélité ne va pas parfois sans subversion.

  • 13 Cf. le recueil La fiancée du diable, Lille, P.U.L., 1986.
  • 14 Edmond Cary, La traduction dans le monde moderne, Genève, Georg, 1956, pp. 13-14.

18Traducteur de nouvelles fantastiques13, auteur d’une thèse sur « la littérature allemande du début du xxe siècle (1900-1920) », Jean-Jacques Pollet se propose non seulement d’exposer les difficultés propres à la traduction du « fantastique » mais les rapports que ce genre entretient avec la traduction. La relation en fait serait double et se situerait tant au niveau de l’intertextualité que de l’acte de traduction. Jean-Jacques Pollet décrit le renouveau du genre fantastique en Allemagne au début du XXe siècle, nourri par la traduction des textes de Poe, Villiers de l’Isle-Adam, Barbey d’Aurevilly, etc. Traduire, importer de l’étranger, devient une manière de réagir et pas seulement contre les modes littéraires. On trouvera ensuite un recensement des difficultés de traduction propres au genre ; on verra qu’elles sont souvent liées aux néologismes, à la métaphore, à un décalage entre le propre et le figuré. Toutes ces considérations sont assorties de nombreux exemples tirés de l’allemand et de l’anglais, en regard desquels sont posées et commentées des traductions réalisées par des traducteurs différents. Edmond Cary soulignait le caractère étrange, presque monstrueux de l’interprète dans les sociétés primitives14. Jean-Jacques Pollet utilise la singularité du rapport à deux façons de dire (ou plutôt à une manière de représenter ce qui a déjà été dit) comme axe d’exploration de la situation fantastique. La traduction elle-même n’est-elle pas faite de double vue, d’une perception de deux univers à séparer mais qui s’appellent et dépendent l’un de l’autre.

19Du fantastique à la traduction automatique il n’y a qu’un pas. L’idée semble à la fois séduisante et inquiétante. Séduisante parce qu’il est dans la nature de l’homme de créer des machines qui le déchargent des travaux pénibles et puis aussi parce qu’il y a quelque chose de magique ou d’extraordinaire d’arriver à faire faire par un automate ce qui était accompli par un être vivant. Inquiétante, parce que la machine, une fois créée, se pose toujours en concurrente de l’homme, parce que voir accomplir son activité par une machine c’est se sentir un peu rabaissé soi-même à être l’équivalent d’une mécanique.

20Chercheur au C.N.R.S., auteur d’une thèse sur Recherches lexicales et syntaxiques sur les discours scientifiques et techniques (Paris III) Anne-Marie Laurian retrace ici à grands traits le développement de la traduction automatique au cours des quatre dernières décennies. Distincte de la T.A.O. la T.A. est née de l’accroissement des informations que les hommes politiques, et les spécialistes de tous pays, parlant des langues différentes, ont besoin d’échanger dans le monde moderne. Anne-Marie Laurian expose les présupposés scientifiques, rétrospectivement « naïfs », qui avaient alimenté l’enthousiasme des débuts. Et puis les prises de conscience des réalités et la découverte de l’étendue des problèmes à résoudre. C’est le moment des déceptions et des abandons. C’est aussi, comme toujours, le temps de l’obstination pour certains. A partir de l’acquisition du système SYSTRAN, rescapé efficace des diverses entreprises américaines, Anne-Marie Laurian rend compte des motivations et des efforts de recherche de la Commission des Communautés Européennes. On trouvera dans cet article des indications fort précises sur les performances et les faiblesses des machines à traduire. Celles-ci donnent lieu à tout un travail de post-édition et à des recherches en analyse d’erreurs dont on verra que les conclusions présentées ici de façon systématique recoupent très largement les préoccupations des didacticiens. L’article d’Anne-Marie Laurian se termine sur une note optimiste avec un aperçu des réalisations et des espoirs de la traduction automatique. Il met également en avant une condition qui nous semble tout autant essentielle dans le domaine de la recherche et de la didactique, à savoir la confrontation continuelle des théories à la pratique.

21« L’ambiguité » est une notion fondamentale en traduction parce qu’elle est liée aux notions d’établissement du « vouloir-dire », d’interprétation des signes, de non-sens, de flou mais aussi de profondeur du langage. Nous avons appliqué à l’exploration de cette notion une démarche qui se veut autant scientifique que pédagogique. L’étude de la traduction révèle à quel point cette activité repose sur un dialogue qui serait comme écrit dans deux langues différentes et dont les énoncés tout en se répondant viseraient à un accord indéfiniment imparfait. Nous sommes parti des discordances, des productions pathologiques, et tout en les identifiant nous avons essayé de les rattacher à des schémas de production qui constituent ce que nous avons appelé un paradigme d’ambiguïté. Puis, passant du préventif au prospectif nous avons examiné l’utilisation ludique qui pouvait être faite du paradigme ainsi défini, et les problèmes qu’elle pose au traducteur parce qu’elle fait intervenir les traits phonologiques ou sémantiques spécifiques des signes dans une langue. L’étude des jeux de mots en didactique de la traduction peut être une manière d’optimiser l’appréhension de la phase herméneutique, de percevoir et de relativiser ce qui est souvent considéré comme une des limites de la traduction.

Notes

1 Edmond Cary, Comment faut-il traduire ?, Lille, P.U.L., 1985.

2 Antoine Culioli, Recherche en linguistique, théorie des opérations énonciatives, transcription du séminaire de l’année 1975-76 réalisée par ses étudiants, Département de Recherches Linguistiques, Paris VII, octobre 1976.

3 Nous faisons ici référence aux travaux qui se sont élaborés à partir des théories de l’E.S.I.T., telles qu’on les trouve, par exemple, exposées dans l’ouvrage de Danica Séleskovitch et Marianne Lederer, Interpréter pour traduire, Paris, Didier, 1984.

4 Maurice Pergnier, Les fondements sociolinguistiques de la traduction, réimpression [1re éd. 1978], Paris, Champion, 1980.

5 Jean Delisle, L’analyse du discours comme méthode de traduction, réimpression [1re éd. 1980], Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1982.

6 Lance Hewson, Les paramètres de la traduction, Montpellier, thèse, avril 1987.

7 Cf. en particulier op. cil, deuxième partie : « Les paramètres du texte de départ » et quatrième partie « Les enjeux du texte d’arrivée ».

8 L’expression est de Hewson, op. cit., p. 38.

9 Culioli, op. cit., 1975-76, p. 4.

10 Antoine Culioli, Notes du séminaire de D.E.A. 1983-84 à l’Université de Paris VII, Poitiers, 1985, p. 8.

11 Jean-Louis Curtis, « Le livre et la parole », La Nouvelle Revue de Paris, n° 4, déc. 1985, p. 30.

12 Efim Etkind, Un art en crise, Lausanne, Lage d’homme, 1982.

13 Cf. le recueil La fiancée du diable, Lille, P.U.L., 1986.

14 Edmond Cary, La traduction dans le monde moderne, Genève, Georg, 1956, pp. 13-14.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search