Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

III – Ouvertures et perspectives d’ensemble

La fonction des limites dans la géographie descriptive médiévale

Nathalie Bouloux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Certains caractères de la géographie descriptive médiévale sont aujourd’hui bien connus. Il convient d’en rappeler certains aspects en guise de préliminaire. Pendant très longtemps, qui entendait comprendre l’espace du monde s’attachait principalement à la lecture du tableau descriptif des Histoires contre les Païens d’Orose complétée par celle du livre XIV des Étymologies d’Isidore de Séville. Je ne prendrais que deux exemples de ce procédé : Riccobaldus de Ferrare (1246-1313), notaire et auteur d’ouvrages historique et géographique – en particulier d’un traité autonome de géographie, entreprise encore rare en ce début du XIVe siècle – a ressenti la nécessité de joindre de la géographie à l’histoire. Dans le Pomerium, sa première œuvre historique, il ouvre son excursus géographique par ces mots Quoniam igitur regionum situm scientiam habere ad intelligendas historias utile est, descriptiones eas ponere duxi secundum quod Paulus Orosius ab hiis annotatus accepit1. Benzo d’Alessandri...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540