Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

Désigner et délimiter l’espace : les quartiers à Cavaillon au début du XVe siècle

Maëlle Ramage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La parcelle privée, comme l’ensemble urbain, représentent deux niveaux de délimitations urbaines connus des médiévistes. La parcelle a fait l’objet de nombreux travaux sur le vocabulaire de ses délimitations, notamment au moyen des confronts, et sur l’articulation entre espace intérieur, ou privé, et extérieur, ou public1. Les limites de la ville et leur désignation – clairement énoncées dans les documents par l’usage d’un nom commun, civitas, qui qualifie l’espace envisagé, suivi du nom propre de la ville – ont également été mises en avant par les historiens2.

En revanche, l’analyse de niveaux intermédiaires de délimitation urbaine est rarement abordée en tant que telle, malgré de fructueux travaux sur la paroisse3. Cela pourrait être la conséquence de leur différence de nature : tandis que la parcelle, ou la ville, semblent s’accrocher à des réalités « matérielles », tangibles, la paroisse, ou tout autre type de limite, apparaissent moins distinctement dans la documentation. En out...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540