Version classiqueVersion mobile

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

Espace urbain et espace monarchique. Un problème de juridiction fiscale à Albi au XIVe siècle

David Sassu-Normand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec une population avoisinant les 10 000 habitants lors de l’apogée démographique de la première moitié du XIVe siècle, Albi est une cité moyenne du Languedoc désormais capétien, et présente plusieurs caractéristiques classiques des villes du bas Moyen Âge. Parmi elles, deux doivent retenir l’attention en dépit de leur banalité : bien que ressortissant de la juridiction temporelle de l’évêque, Albi est pourvue d’un consulat depuis 1220 ; les consuls ont la possibilité de lever des contributions sur la population. De façon tout aussi habituelle, l’émergence des libertés municipales implique un effort de définition des limites du territoire juridictionnel, un objectif parfois atteint de haute lutte face aux localités voisines. Néanmoins, un autre acteur est présent à Albi depuis le XIIIe siècle : cet acteur, qui n’est autre que le roi, a pris pied en Languedoc où il a progressivement remplacé les comtes raimondins et les vicomtes Trencavel lors de la longue liquidation de la croisade...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search