Version classiqueVersion mobile

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

Limites et villes dans la Catalogne médiévale

Flocel Sabaté

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les limites des villes reflètent les raisons sociales et institutionnelles qui les ont créées, présentent un certain degré de porosité par où se dégage le niveau précis du rapport entre la capitale et la région, et s’insèrent dans le cadre économique et dans la relation politique contemporaine. Pour tout cela, elles deviennent un miroir de la réalité de la société qui les engendre et les maintient dans les différents domaines, dans la gradation qui va depuis les centres moyens et mineurs jusqu’à la capitale du pays1.

Limites et définition urbaine

La limite clôt-elle ou définit-elle ? C’est la question-clé qui doit nous permettre de comprendre pourquoi les villes médiévales catalanes disposent de limites. La première vision, presque topique, de la ville médiévale est celle qui la présente fermée derrière les murs : ville ouverte opposée à ville fermée. Vu ainsi, les limites contribueraient à clore un espace urbain à un moment où les espaces sont renfermés. Le cliché heureusement dépass...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search