Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

Réflexion autour des limites des villes médiévales : l’exemple de la basse Bretagne

Régis Le Gall-Tanguy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis l’article que lui a consacré Anne Jourdan-Lombard, le problème de la dimension du territoire urbain est devenu un sujet récurrent chez les médiévistes1. Plusieurs spécialistes des villes ont traité de près ou de loin de ce thème. Pour la Bretagne, il convient de citer le nom de Jean-Pierre Leguay qui a consacré un article et un chapitre de sa thèse à ce qu’il a appelé le « paysage péri-urbain »2. C’est dans la lignée de ses travaux que nous souhaitons nous inscrire en traitant du problème de la réalité « matérielle » des limites de la ville. Notre principale originalité sera d’appliquer nos réflexions à un territoire encore insuffisamment étudié : la Basse-Bretagne et plus exactement le Léon, la Cornouaille et le Trégor3 (figure 1). Dans un premier temps, nous présenterons quelques rapides remarques sur les enceintes urbaines car on peut s’interroger sur leur rôle dans la délimitation de la ville. Nous travaillerons ensuite sur les frontières des agglomérations proprement dit...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540