Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

II – Communautés urbaines et « aires d’influence » : une formalisation par des limites

De Clermont-Ferrand à Augustonemetum : analyse régressive des territoires urbains

Emmanuel Grélois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les territoires communaux des grandes villes contemporaines, de dimensions souvent plus vastes que les autres communes, paraissent durablement figés, exception faite des annexions de communes limitrophes que motivent autant des calculs électoraux (pour éviter un changement de majorité dû à des modifications sociologiques dans la commune-centre) que le souci, quand la population des quartiers anciens décroît, de maintenir son chiffre au-dessus d’un seuil (par exemple 200 000 habitants) significatif en termes de dotations financières. La genèse médiévale des ressorts urbains, depuis le XIIIe siècle et la formation des territoires juridictionnels jusqu’à la substitution des communes aux paroisses d’Ancien Régime, a été maintes fois soulignée1. Bien que son nom révèle la réalité, plus complexe, issue de la fusion inachevée de deux villes, Clermont-Ferrand obéit à un cas de figure semblable, dont les principaux jalons seront identifiés dans les pages qui suivent. La présente monographie ...

Auteur

Université Rennes 2

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540