Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaître et délimiter l’espace localement au Moyen-Âge

 | 
Nacima Baron-Yelles
, 
Stéphane Boisselier
, 
Clément François
, 
et al.

I – Limites juridictionnelles locales (communautés d’habitants, seigneuries et paroisses)

Délimiter l’espace littoral dans la Bretagne de la fin du XVe siècle, d’après les archives ducales

Frédérique Laget

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La séparation entre la mer et la terre, quoiqu’en perpétuel mouvement, fait office de frontière entre deux univers. À première vue, elle semble se limiter à la ligne de rivage, qui matérialise sur les cartes le liseré côtier ; toutefois, elle n’est qu’une ligne figée et abstraite, plus un point de repère cartographique qu’une réalité géographique. Entre la grande mer et la terre ferme, un espace intermédiaire apparaît, bien visible sur nos plages, l’espace littoral.

Au cours du Moyen Âge, la juridiction des littoraux passe par des définitions plus ou moins précises de cet espace encore maritime et déjà terrien : en 1293 par exemple, en Flandre, Mude et L’Écluse, alors encore appelée Lambinvliet, se partagent l’embouchure du Zwin. Quatre bornes délimitent la ville de L’Écluse, dont deux sont plantées dans le bras de mer ; si l’espace compris entre elles et le schorre de Mude est découvert, à marée basse, alors la juridiction du Zwin revient à L’Écluse, pour revenir à Mude à marée haut...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540