Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Quatrième chapitre. Vivre le geste

De la technique à l’objet : apprendre le geste pour donner vie au bijou

Brune Boyer-Pellerej

Résumé

De la technique à l’objet : apprendre le geste pour donner vie au bijou.
Le métier de bijoutier-joailler s’est longtemps transmis dans une relation de maître-apprenti. À partir du XIXe siècle, différents manuels paraissent, dont le titre laisse entendre la volonté de documenter l’apprentissage. Selon Alfred Boitet (1957), le manuel se veut « l’indispensable serviteur de celui qui ne veut ignorer ni les ressources qu’offrent toutes les matières précieuses […] ni les tours de mains qui sont le fruit d’une longue expérience ». Pourtant les auteurs ne parviennent pas à atteindre ce but et la transmission du métier reste ancrée dans l’oralité. Les gestes et les techniques, emprunts de la personnalité de chaque praticien, résistent à la transcription écrite. L’exemple d’un sujet donné aux étudiants de l’atelier « bijou contemporain » d’un centre de formation professionnel nous permettra de montrer comment encourager l’incorporation des gestes et comment inciter chacun à découvrir les techniques qui lui sont propres pour développer ses compétences et habiletés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Votre paillon1 doit être placé à cheval des deux parties à souder. Attention ! Veillez à bien chauffer votre pièce de manière uniforme. Comme les deux parties à souder sont inégales, vous devez insister sur la plus grande. Utilisez une flamme un peu plus grasse. Voilà, comme ça. Vous voyez cette teinte rouge que l’ensemble prend petit-à-petit. Rappelez-vous, ce n’est pas la flamme qui fait fondre la soudure, mais la chaleur du métal. Il faut qu’elle soit bien égale sur les deux parties à souder sinon la soudure n’ira que d’un côté. Mettez-vous à la place du paillon ; quand la bonne température est atteinte, vous fondez en vous glissant entre les deux pièces. Et stop ! Retirez tout de suite la flamme sinon vous risquez de faire fondre toute la pièce2 ». Philippe Ramseier (1998).

Ainsi s’exprimait un artisan surveillant son apprentie soudant une bâte3 sur une plaque de métal. Quand le maître demande à son apprentie de se mettre à la place du paillon, il nous apparaît que l’acquisitio...

Auteur

Doctorante, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, UMR 7186, ED 395, Université Paris Ouest, Nanterre La Défense

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search