Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Quatrième chapitre. Vivre le geste

Un geste filmé est-il un geste comme un autre ?

Baptiste Buob

Résumé

Un geste filmé est-il un geste comme un autre ?
Quels peuvent être les effets engendrés par la présence d’une caméra sur une technique matérielle et comment en tirer des vertus heuristiques ? Ce texte propose d’appliquer ces questionnements, récurrents en anthropologie audiovisuelle, à certains gestes de fabrication de violons filmés lors d’une enquête sur l’apprentissage du métier de luthier. En concevant le cinéma comme un dispositif de médiation, l’hypothèse ici défendue est que la présence de la caméra fait advenir un spectateur virtuel et trouble dans la situation filmée qui incite à accroître le regard réflexif que l’agent porte sur ses propres gestes et, en conséquence, renforce la part de ritualité diffuse présente en chaque activité matérielle. Autrement dit, la caméra, en faisant advenir un observateur virtuel, comparable à certains égards au destinataire invisible d’un rituel, fait pencher le geste du côté de l’adresse à un tiers et accentue sa part d’expressivité au détriment de sa vocation opératoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de la projection du film Luthiers de la main à la main traitant des relations de transmission et de leurs évolutions dans le domaine de la lutherie française1, un des protagonistes est venu m’exprimer sa surprise après avoir vu ses propres gestes projetés sur l’écran : « Normalement je ne travaille pas comme ça ! ».. Le luthier constatait de lui-même que la présence de la caméra l’avait incité à modifier ses gestes « habituels ». Cette anecdote appelle des interrogations qui reviennent inlassablement aux oreilles des anthropologues-cinéastes : quels sont les effets dus à la présence d’une caméra sur une situation et, s’il y en a, ne modifient-ils pas les informations obtenues au point de les rendre inutilisables ?

Le terme « profilmique », popularisé par les travaux de Claudine de France, est entré dans le langage courant de nombreux chercheurs en sciences humaines et sociales pour qualifier les effets engendrés par la présence d’une caméra sur l’activité qu’elle vise à décr...

Auteur

Chargé de recherche au CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC) UMR 7186 – Université Paris Nanterre

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search