Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Quatrième chapitre. Vivre le geste

Techniques agricoles et division du travail selon le genre : le greffage de la vigne 1870-1950

Jean-Louis Escudier

Résumé

Techniques agricoles et division du travail selon le genre : le greffage de la vigne 1870-1950.
L’objet de cette contribution est d’examiner comment une pratique agronomique, à savoir le greffage de la vigne qui se généralise après la crise phylloxérique (fin du XIXe siècle), interfère avec les rapports économiques de genre, notamment d’apprécier le degré de pertinence des discours véhiculés sur les aptitudes naturelles des femmes à pratiquer certains gestes techniques.
Dans une première partie, centrée sur le système productif, nous présentons les principales techniques de greffage mises en œuvre en fonction des contraintes inhérentes aux différents terroirs viticoles. Nous évaluons notamment l’influence des outils et machines sur la féminisation du travail de greffage.
Dans une seconde partie, nous apprécions le degré d’implication des femmes dans les dispositifs de formation au greffage de la vigne ainsi que l’influence de la répartition sexuée des différentes opérations constitutives du greffage de la vigne en termes de qualification et de rémunération.
Cette communication s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche sur les rapports économiques de genre en viticulture, programme que nous animons depuis plusieurs années.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après de multiples tâtonnements, la méthode la plus efficace pour reconstituer le vignoble détruit à partir de 1865 par le phylloxéra vastatrix se révélera être la plantation de vignes américaines, insensibles à l’insecte vivant sur ses racines, suivie de la greffe d’un cépage français. Le chantier est d’importance : la reconstitution des 500 000 hectares du vignoble français implique la réalisation de deux à trois milliards de greffes. Par la suite, le renouvellement courant des vignes nécessitera une moyenne annuelle de 50 à 60 millions de greffes. Le greffage s’étant surajouté à partir des années 1880 aux autres travaux viticoles, cette tâche délicate et coûteuse présente d’autant plus d’intérêt pour analyser la construction sociale de la division sexuée du travail.

L’objet de cette contribution est d’examiner comment la conception de machines simplifiant les gestes réalisés dans les opérations de greffage a conduit à privilégier une organisation du travail reposant sur une main-d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search