Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Troisième chapitre. Dextérité, doigté et geste artificiel

La topique et ses avatars : comment concevoir le mouvement dans une machine ?

Benjamin Ravier-Mazzocco

Résumé

La topique et ses avatars. Comment concevoir le mouvement dans une machine ?
La machine fait partie de la classe des instruments : on l’utilise pour réaliser quelque chose impossible à réaliser sans elle, pour économiser du temps ou de l’énergie, pour gagner en confort, en précision ou en efficacité. Pour cela, ses mécanismes transmettent, transforment, et ordonnent le mouvement donné par un moteur en différents autres mouvements, selon des objectifs prédéfinis, et dans un système de contraintes donnés. Avoir une connaissance de ces mouvements est nécessaire. Nous connaissons tous la classification des mouvements mécaniques réalisée par Franz Reuleaux, mais c’était vers 1860. Se pose alors la question : comment les ingénieurs de la Renaissance choisissaient-ils les dispositifs mécaniques de leurs machines sans cette science cinématique ? Les jalons de cette histoire que sont les théâtres de machines nous permettent d’esquisser les processus de conception, et la façon dont les ingénieurs pouvaient transformer une force motrice en un « geste artificiel ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le mécanisme a conduit plusieurs savants de l’époque moderne à penser le corps humain sur le modèle de la machine, les machines, à l’exception des automates et, plus récemment, des robots, n’ont pas été pensées sur le modèle du corps humain. Aussi, le mouvement mécanique n’est pas pensé comme un geste, ni comme son imitation, du moins pas par les ingénieurs, concepteurs reconnus et légitimes des machines1. Afin de comprendre cette vision technicienne du mouvement, ses lacunes et ses apports, essayons de définir un geste humain à partir de ses caractéristiques mécaniques : le geste peut en effet se définir par 1° une articulation fondamentale d’un membre (un mouvement à proprement parler) ou un ensemble combiné de mouvements ; 2° une force appliquée (un travail) ; 3° une vitesse d’exécution ; 4° un mode de préhension de saisie de l’objet et/ou de l’outil ; 5° une bonne coordination, c’est-à-dire la définition du moment de déclenchement et de l’ensemble des caractéristiques établie...

Auteur

Membre associé à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC-UMR 8066), équipe d’Histoire des Techniques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, heSam université

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search