Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Troisième chapitre. Dextérité, doigté et geste artificiel

Du « trait de l’échantillon » pour la fabrication des cloches à la pratique actuelle en FAO

Françoise Bergamo

Résumé

Du « trait de l’échantillon » pour la fabrication des cloches à la pratique actuelle en FAO.
La cloche monumentale d’Occident est un instrument de percussion ayant des caractéristiques musicales très précises. La qualité sonore d’une cloche dépend de sa qualité métallurgique et de sa géométrie. Le geste technique qui consiste à fabriquer le gabarit qui permet de construire le moule, est donc une étape stratégique dans la chaîne opératoire. Il était important d’analyser la pratique traditionnelle et d’en mesurer ses limites afin de comprendre comment le fondeur a pu intégrer de nouvelles technologies afin d’améliorer son procédé.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle les fondeurs de cloches sont itinérants car la difficulté est de pouvoir transporter, en toute sécurité, les cloches qu’ils fabriquent. Le chemin de fer va permettre leur sédentarisation tout en facilitant leurs productions.

« Dès les beaux jours ils partaient en campagne, laissant leur petit domaine aux soins de leur femme […]. Qu’emportaient-ils avec eux ? Dans leur besace figurent habituellement un compas et un pied de Roy, mesure géométrique contenant douze pouces de long. Cet outillage restreint prouve à quel degré de maîtrise ils étaient parvenus dans l’art si délicat de la fonte des cloches qui nécessite des connaissances précises en géométrie et une oreille très sûre, la beauté de la forme et du décor allant de pair avec la justesse du son1. »

Les auteurs sont parfois lyriques dans la description de savoir-faire rares. Mais la réalité des fondeurs de cloches est un peu plus complexe.2 Certes, leur outillage est probablement plus simple ...

Auteur

doctorante en histoire des techniques, Laboratoire HTTP-HT2S (Histoire, Technique, Technologie, Patrimoine – Histoire des technosciences en société), EA 3716 – École doctorale Abbé Grégoire (ED 546), Conservatoire national des arts et métiers1Cet article s’inscrit dans le cadre de la thèse en histoire des techniques sur la « Mémoire d’un savoir-faire rare, l’art campanaire », en cours, 2017, au Conservatoire national des arts et métiers, c’est-à-dire l’art de fabriquer des cloches monumentales dans la tradition chrétienne, par opposition à la tradition asiatique plus ancienne mais au sein de laquelle les cloches ne répondent pas aux mêmes règles d’usage et d’acoustique.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search