Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Troisième chapitre. Dextérité, doigté et geste artificiel

Réapprendre le geste technique : la peinture sur verre en France au XIXe siècle

Fabiola Lozano

Résumé

Réapprendre le geste technique : la peinture sur verre en France au XIXe siècle.
La peinture sur verre, pratiqué depuis le Moyen Âge, subit une période d’abandon au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Le XIXe siècle, soucieux des secrets perdus de cet art, entreprend de le faire revivre. Cette renaissance suppose la récupération des gestes techniques et des tours de mains particuliers au métier. Pour y parvenir, divers expédients sont tentés. Certains empruntent les procédés et les gestes des savoir-faire proches, comme la peinture sur porcelaine et la vitrerie. D’autres essaient d’importer les techniques d’exécution de verrières employées ailleurs. Nombreux sont ceux qui s’efforcent de retrouver les authentiques procédés de la fabrication de vitraux en consultant les textes anciens et les manuels techniques. Sont analysés ici les divers moyens mis en œuvre pour réapprendre l’art du vitrail.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Très répandu depuis le Moyen Âge, l’art du vitrail, jadis appelé peinture sur verre, subit une période d’abandon pendant les XVIIe et XVIIIe siècles. À la suite de la Contre-Réforme catholique et du Concile de Trente, la composition des verrières s’oriente vers la recherche de la lumière. Dès lors, et encore au début du XIXe siècle, les fabriques paroissiales1 privilégient les fenêtres claires. Les commandes de vitraux se raréfiant, les verreries limitent la production de verre de couleurs, les procédés de fabrication de vitraux sont graduellement délaissés et ceux qui étaient appelés autrefois des peintres-verriers deviennent de simples vitriers. À la fin du XVIIIe siècle, la technique du vitrail est pratiquement oubliée en France et les milieux savants et artistiques regrettent la perte des secrets de la peinture sur verre.

Au début du XIXe siècle, la restauration de la foi catholique, ainsi qu’un goût renouvelé par le Moyen Âge, réveillent l’intérêt pour les vitraux. Artistes, art...

Auteur

Docteure en histoire des techniques, Laboratoire HTTP-HT2S (Histoire, Technique, Technologie, Patrimoine – Histoire des technosciences en société), EA 3716 – École doctorale Abbé Grégoire (ED 546), Conservatoire national des arts et métiers

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search