Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Deuxième chapitre. Le geste pour produire et transformer

« Passer les peaux en blanc ». Les mots, les gestes et les savoirs des mégissiers en France au XVIIIe siècle

Eva Halasz

Résumé

« Passer les peaux en blanc ». Les mots, les gestes et les savoirs des mégissiers en France au XVIIIe siècle.
La « peau blanche mégie » représente un matériau fin et délicat, « passé en blanc, à l’alun » par une méthode de travail qui se situe aux antipodes du tannage des cuirs forts, tannés en fosse. Il est à remarquer que l’industrie des « cuirs & peaux » de nos jours encore se divise en deux filières : la tannerie et la mégisserie. Les gestes, les outillages et les matériaux de l’un et l’autre métier étaient-ils aussi opposés dans la réalité du travail que les ouvrages qu’ils produisaient ? Quels sont nos moyens de détecter et d’identifier les « gestes élémentaires » situés dans un enchevêtrement complexe des opérations techniques décrites au XVIIIe siècle ? Notre analyse décrypte les données iconographiques et textuelles des sources croisées, pour élucider les liens profonds entre les opérations physico-chimiques – souvent peu visibles – et les gestes techniques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La « peau blanche mégie » représente un matériau fin et délicat, « passé en blanc, à l’alun » par une méthode de travail qui se situe aux antipodes du tannage des cuirs forts, tannés en fosse. Grâce à son extrême souplesse et sa malléabilité la « peau mégissée » habille intimement le corps humain pendant de longs siècles : elle gante les mains et chausse les pieds, à la différence des cuirs de fatigue résistants et robustes ou des buffleteries quasiment étanches, matériaux qui équipent par excellence les hommes en armes1. Aujourd’hui encore, l’industrie des « cuirs et peaux » est représentée par ces deux filières techniques principales : la mégisserie et la tannerie, coexistant depuis le XIIIe ou le XIVe siècle en France2 selon la destination finale. La tannerie traite les « grandes peaux lourdes » et épaisses des bovins, tandis que la mégisserie – dont les gestes techniques nous préoccupent ici – prend en charge les « petites peaux légères » et minces des ovins, ou des caprins ou a...

Auteur

Doctorante en histoire des techniques, Laboratoire HTTP-HT2S (Histoire, Technique, Technologie, Patrimoine – Histoire des technosciences en société), EA 3716 – École doctorale Abbé Grégoire (ED 546), Conservatoire national des arts et métiers

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search