Version classiqueVersion mobile

Gestes techniques, techniques du geste

 | 
Didier Bouillon
, 
André Guillerme
, 
Martine Mille
, 
et al.

Deuxième chapitre. Le geste pour produire et transformer

Le geste du maître calfat, milieux, outils, technique

Patrick Féron

Résumé

Le geste du maître calfat, milieux, outils, technique.
En France, au XIIIe siècle, le calfatage figure dans les manuscrits du Clos des Galées, situé à Rouen. Calfater et étoupe matérialisent la spécialité du calfat ; la coque du navire est son espace de travail. Sa caisse à outils ou « boîte à malice » contient la bijouterie. Le bruit des outils brise sa notoriété, mais chacun admire son combat pour reboucher le trou d’un boulet. L’abattage en carène du navire dure jusqu’au XIXe siècle. De nos jours, ce savoir-faire, son geste technique, s’applique aux bateaux en bois à franc-bord qu’ils soient utilitaires ou patrimoniaux.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’Antiquité, l’usage le plus connu du bitume, recueilli en surface sur les rives de la Mer Morte, était celui du calfatage des bateaux. Depuis cette époque lointaine, on relève de multiples méthodes, aussi importe-t-il de préciser que le procédé dont il sera traité est associé à la tradition d’architecture nautique sur quille [Fig. 1], à franc-bord1, une tradition qui émerge au début du Moyen Âge, au Levant puis apparaît plus tard au Ponant. Le XIIIe siècle nous en livre un exemple concret lorsque le roi de France, Philippe le Bel, lance le chantier naval du Clos des Galées à Rouen, son but est de constituer une flotte de bateaux capable de s’opposer aux Anglais. Grâce aux sources relatives à la période 1382-1384, les historiens qui examinèrent les comptes du Clos des Galées, relevèrent l’intervention de constructeurs génois, cette observation conforte l’hypothèse de la construction de bateaux à franc-bord réalisés par des charpentiers et des calfats méditerranéens, dès cette é...

Auteur

Doctorant Heritechs, CNRS-LAMOP, Paris I Panthéon Sorbonne, Musée de la Marine, Équipe d’histoire des techniques de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC, UMR 8066), CNRS/Paris I Panthéon Sorbonne

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search